×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Souss: Coup de pouce à la TPE

    Par L'Economiste | Edition N°:4075 Le 16/07/2013 | Partager
    L’association Souss-Massa-Drâa booste l’investissement
    Plus de 180 prêts d’honneur accordés en cinq ans et 483 emplois créés
    Le modèle dupliqué à Tinghir

    C’EST bien connu, les Soussis ont la fibre entrepreunariale. Pas étonnant donc que les programmes d’appui à la création d’entreprise lancés dans le Souss Massa-Drâa donnent des fruits. En cinq ans à peine, la jeune association Souss-Massa-Drâa Initiative (SMDI) dédiée à l’accompagnement et à la création d’entreprise a franchi le cap des 8,1 millions de DH de prêt d’honneur, indique Mohamed El Moudene, président de l’entité. «Aujourd’hui, nous gérons un fond de 9,76 millions de DH. L’objectif envisagé à fin 2013 est d’arriver à un fond de 10 millions de DH», précise-t-il.
    Lors de l’exercice 2012, une quarantaine de projets ont été financés avec une enveloppe de plus de 2,5 millions de DH. Depuis sa création, ce sont 183 prêts d’honneur, soit la création, déjà de plus de 150 entreprises dont 26 femmes entrepreneuses. Le tout a généré plus de 400 emplois dans la région. En termes de répartition géographique, c’est Agadir avec 48% des créations qui se classe en premier suivi d’Inezgane (20%). Sur le plan activité, c’est le secteur des services avec 34% des projets retenus qui attire le plus les entrepreneurs suivi de l’artisanat (29%). On note cependant un intérêt de plus en plus pour de nouvelles niches de la part des porteurs de projets. Depuis le démarrage de SMDI, une quinzaine de prêts ont déjà été remboursés et le taux de remboursement dépasse les 82% actuellement. Dans son plan de développement, l’entité compte impliquer de plus en plus le secteur privé dans ses actions. Pour l’heure, elle compte une dizaine de partenaires publics et privés. Parmi eux, l’Agence de développement social, l’Anapec, le CRI du Souss-Massa-Drâa, la wilaya d’Agadir à travers la division des affaires sociales en charge de l’INDH, ainsi que les conseils provinciaux de Tiznit et Sidi Ifni, la Banque populaire et le groupe d’enseignement supérieur Universiapolis. Démarche pionnière à l’échelle nationale, l’expérience de SMDI est en passe d’être dupliquée aujourd’hui dans d’autres villes du Royaume à travers un véritable réseau marocain d’association de prêts d’honneur dénommé Maroc Moubadara. Les antennes de Laâyoune, Casablanca, Rabat et Oujda ont déjà vu le jour. Aujourd’hui, il est question de dupliquer le modèle dans le rural. Une première opération est en gestation dans la province de Tinghir. Il est question aussi, en partenariat avec la fondation Aksal, d’apporter l’appui financier et technique pour le développement territorial de Tafraout en y créant des actions génératrices de revenus. Le développement social et le maintien des populations dans les territoires ruraux sont bien sûr l’objectif de la démarche.

    Ouverture à l’international

    DANS son développement, Souss-Massa-Drâa Initiative s’ouvre aussi sur l’international pour aller de l’avant. C’est ainsi qu’un projet de coopération a été retenu entre le conseil régional du Souss-Massa-Drâa et le Conseil régional de L’Hérault. Et ce dans le cadre de l’appel à projet du fond franco-marocain. L’association Souss-Massa-Drâa Initiative (SMDI) est bien sûr l’acteur concerné par ce dossier. Il est question d’échange d’expériences entre les plateformes d’initiative locales. Le budget alloué à l’opération s’élève à 235.000 DH. Au planning des séminaires de travail, des formations de cadres et des rencontres entre professionnels de la création d’activités. SMDI compte tirer profit à travers ce programme de l’expérience des Héraultais en matière de recherche de financement privés et particulièrement d’accompagnement post-création des jeunes entrepreneurs financés. Une action qui manque encore à son arc.

    De notre correspondante,  Malika ALAMI 

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc