×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Bouregreg, futur centre d’animation de Rabat-Salé

    Par L'Economiste | Edition N°:4075 Le 16/07/2013 | Partager
    Bab Al Bahr reçoit ses premiers locataires
    Lancement prochainement des travaux de construction d’un hôtel de luxe
    Plus de 1,5 milliard de DH pour le grand théâtre de Rabat

    Une nouvelle citée intégrée est en train de prendre forme dans la zone de Bab Al Bahr

    EN moins de 5 ans, la zone du Bouregreg s’est complètement métamorphosée. D’un site totalement abandonné et exploité comme décharge, il s’est transformé actuellement à un nouveau pôle urbain qui ambitionne de devenir le futur centre de l’agglomération Rabat-Salé. Cela grâce à des projets structurants comme le tramway et le tunnel des Oudayas et également à des programmes de développement et d’urbanisation dans le cadre de plusieurs séquences intégrées projetées dans le temps.
    La première est Bab Al Bahr, située sur une superficie de 70 ha au niveau de la rive droite du fleuve près de l’embouchure. Le développement de cette séquence a été confié à la société Bab Al Bahr, une joint venture entre l’Agence du Bouregreg et la société Al Maabar d’Abu Dhabi. Le projet porte sur un programme immobilier mixte de près de 512.000 m2 de plancher pour un investissement de près de 6 milliards de DH dont plus de 30% sont déjà engagés. Au cœur de ce site magnifique, une nouvelle citée intégrée et autonome est en train de naître. «Sur le plan résidentiel, on prévoit en total la construction de 1.500 appartements», rappelle Nadir Yacoubi, directeur délégué chargé de ce projet. Ce dernier tient à signaler le vif succès de la première tranche du front marina et front fluvial avec un taux de commercialisation de près de 75%. Cette première tranche porte sur la construction de 145 unités de haut standing et près de 80 locaux en pied d’immeubles dédiés à des activités variées: restauration, commerce, équipements…
    Les premiers locataires du site sont déjà installés depuis le début de cette année. «Après ce succès, notre société a lancé 2012 la deuxième tranche couvrant la citée des Arts et métiers qui va constituer le cœur battant de la zone Bab Al Bahr», indique Yacoubi. En total, on prévoit la construction dans cette citée de 465 appartements dont une centaine seront livrées en fin de cette année. Et pour le reste, la livraison est prévue au plus tard le premier trimestre 2015. «Le prix de commercialisation se situe dans des fourchettes raisonnables avec un produit phare (2 pièces plus salon) pour environ 1,6 million de DH», précise Yacoubi. Pour les responsables du Bab Al Bahr, il s’agit d’un prix raisonnable eu égard à la qualité et l’emplacement du projet. «Nous avons fait appel aux meilleurs architectes et professionnels avec l’utilisation des meilleures matériaux de construction pour que l’image de ce site chargé d’histoire (Oudayas, Hassan…), qualifié d’œuvre architecturale et urbanistique exceptionnelle, ne soit pas abîmé avec le projet de Bab Al Bahr», justifie Lemghari Essakl, DG de l’Agence du Bouregreg. Outre le résidentiel et le commercial, la citée des Arts sera distinguée par des projets culturels et touristiques. Sur ce volet, on retient la construction de 4 musées d’arts et métiers et une école de design et d’art moderne conçus par le cabinet international Foster & Partners. Sans oublier la construction d’un grand hôtel de luxe dont la gestion a été confiée à la prestigieuse enseigne internationale Rotana Hôtel Management. «Le marché de construction de cet établissement hôtelier est en phase d’adjudication pour nous permettre d’entamer les travaux à partir du mois de septembre prochain», affirme Yacoubi. D’une superficie de plus de 36.000 m2, le nouvel hôtel sera composé de 263 chambres avec une zone commerciale ouverte au public qui sera aménagée sur 4.000 m2.
    Le coût de l’investissement est estimé à 600 millions de DH. Pour Yakoubi, tous les efforts seront déployés pour que l’exploitation de cet établissement se fasse courant 2016. Toujours dans le cadre de l’animation de cette zone, l’ouverture dernièrement d’un restaurant Mc Donald’s. A cela s’ajoute la réalisation d’une marina ouverte au public dont les travaux d’extension sont en cours. Il faut aussi signaler le projet de réalisation d’un grand quartier d’affaires (bureaux, services, commerce…) qui sera aménagé sur trois parcelles de terrains d’une superficie totale de 35.000 m2. Elles sont situées dans la rive droite du Bouregreg (côté Salé) entre le pont Hassan II et la station du tramway Bab Lamrissa. Ce quartier d’affaires s’étalera sur une superficie construite de près de 75.000 m2.

    Autres projets

    AU-delà du pont Hassan II, l’Agence du Bouregreg est en train d’aménager et viabiliser la deuxième séquence baptisée «Al Saha Al Kabira» qui va abriter le futur grand théâtre de Rabat dont le coût de l’investissement dépasse 1,5 milliard de DH, selon le DG de l’agence. D’après ce dernier, il reste maintenant le lancement de l’Appel d’offres pour la construction de cet ouvrage, car toutes les études: architecturales, techniques… sont achevées. D’autres projets sont également prévus dans cette deuxième séquence comme la construction d’un musée national et l’aménagement d’un parc sur 10 ha qui s’étalera entre le théâtre et le pont.

    N. E. A.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc