×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Analyse

Catastrophes naturelles
Comment se prépare-t-on à y faire face?

Par L'Economiste | Edition N°:4062 Le 27/06/2013 | Partager
L’Habitat veut généraliser les cartes d’aptitude à l’urbanisation
Et former les ressources humaines à la dimension risque

Pour Taoufiq Benali, directeur de l’urbanisme au ministère de l’Habitat, l’expertise dont dispose aujourd’hui le Maroc et la mise en place de différentes dispositions juridiques dont le règlement général de la construction permettent de mieux faire face aux tremblements de terre

- L’Economiste: Comment évaluez-vous aujourd’hui la gestion des risques de tremblement de terre et de glissement de terrain? Dispose-t-on d’une vision claire, qui s’inscrit dans la continuité, pour faire face à ces catastrophes?
- Taoufiq Benali: Les catastrophes naturelles auxquelles le pays a été confronté lors des soixante dernières années ont conduit à une mobilisation générale des pouvoirs publics et de tous les intervenants dans le domaine. Aujourd’hui, nous disposons d’une expertise importante sur le plan technique et organisationnel. Cela s’est traduit par la conception de dispositions juridiques et urbanistiques permettant de mieux prévenir et gérer les aléas de la nature. De même, dans une logique de solidarité socioéconomique, un dispositif d’accompagnement dédié aux victimes de ces incidents a été mis en place.

- Nos villes sont-elles mieux préparées pour prévenir les lourdes pertes résultant de certaines catastrophes comme les tremblements de terre d’Agadir et d’Al Hoceima?
- L’ensemble des dispositifs qui ont été déployés permettent de prévenir le risque de tremblement de terre. L’adoption en 2000 d’une réglementation parasismique que nous venons d’actualiser en fait partie. Sans oublier la réglementation parasismique pour la construction en terre dont vient de se doter le Maroc. Mais bien avant cela, nous avons travaillé  sur la professionnalisation de l’acte de bâtir à travers l’élaboration d’un code de la construction. Celui-ci traite des questions relatives aux matériaux et procédés devant être utilisés dans le secteur du bâtiment.

- Sur quelles actions êtes-vous plus particulièrement investi?
- Actuellement, notre département est engagé dans des réformes juridiques dont le projet de décret portant application des dispositions du règlement général de construction qui a été adopté dernièrement par le Conseil de gouvernement. Nous voulons aussi généraliser les cartes d’aptitude à l’urbanisation compte tenu de l’importance de la maîtrise des zones qui seraient ouvertes à une concentration urbaine, de celles non constructibles et des secteurs nécessitant une intervention d’urgence, notamment le BTP. Il faudra ensuite former les ressources humaines aux dimensions risques.


Propos recueillis par Hajar BENEZHA

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc