×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Evénement

Avis de tempête sur la croissance

Par L'Economiste | Edition N°:4058 Le 21/06/2013 | Partager
Nouvelles prévisions du HCP: 2,5% en 2014!
La consommation des ménages va faiblir
Le PIB non agricole résisterait avec une progression de 3,6%

Source: HCP
Le PIB non agricole devrait être affecté par les coupes budgétaires de 15 milliards de dirhams sur l’investissement public, la faiblesse de la demande extérieure ainsi que le resserrement des capacités de financement de l’économie. Sa croissance serait de 3,1% en 2013 au lieu de 4,3% en 2012

C’est plus qu’un orage qu’annoncent les estimations du Haut Commissariat au Plan (HCP) publiées jeudi 20 juin sur la situation de l’économie nationale en 2014. Le taux de croissance décrocherait à 2,5% alors que 2013 s’achèverait à 4,6%. Le plus inquiétant est que ce «warning» s’expliquerait par un net ralentissement des principaux ressorts de la croissance du PIB. La consommation des ménages devrait se contracter avec une hausse de 2,5% l’année prochaine, c’est deux fois moins que son évolution estimée en 2013 (6%). Sa contribution à la croissance serait divisée par deux, à 1,5 point en pourcentage contre 3,6% en 2013.
Quelques rares embellies relevées par les conjoncturistes du HCP portent sur la résistance de la formation brute du capital fixe qui augmenterait de 1,4% au lieu de 0,5% prévue en 2014 et la reprise du PIB agricole dont la croissance passerait à 3,6% contre 3,1% en 2013, mais restera cependant loin de la moyenne de 4,6% observée sur la période 2010-2012. Sa contribution à la croissance resterait à un niveau faible à seulement un demi point. Par ailleurs, la contribution de la demande extérieure continuera d’être négative malgré la reprise de la demande mondiale adressée au Maroc.
Pour 2013, le HCP maintient la prévision de croissance à 4,6%. Des prévisions en droite ligne avec la fourchette établie par Bank Al-Maghrib qui situe la croissance entre 4,5 et 5,5% (voir L’Economiste du jeudi 20 juin 2013).
La valeur ajoutée du secteur primaire devrait connaître une hausse de 14,7% à fin 2013. Une progression qui s’explique largement par l’excellente campagne céréalière, estimée à 97 millions de quintaux. Le rythme d’autres cultures agricoles, de l’élevage et de la pêche maritime devrait se poursuivre sous l’effet des stratégies sectorielles, notamment le plan Maroc Vert et Halieutis.
Quant aux activités non agricoles, elles devraient être affectés par les coupes budgétaires de 15 milliards au titre des investissements de l’année 2013, la contraction de la demande internationale adressée au Maroc, ainsi que le resserrement des capacités de financement de l’économie. Le rythme de croissance des activités non agricoles est estimé à 3,1% contre 4,3 en 2012 et 5% en moyenne durant la décennie 2000. Dans cette conjoncture, la progression des activités du secteur secondaire (mines, énergie, industrie de transformation, BTP) serait insignifiante (1,8% contre 1,3% en 2012). Les contre-performances du secteur secondaire sont essentiellement attribuées au ralentissement du BTP, des mines et des phosphates & dérivés.
Pour sa part, la croissance du secteur tertiaire (services marchands et non marchands) devrait connaître un léger recul puisqu’elle s’élèvera à 3,8% contre 5,9% en 2012 en raison de la stagnation de la valeur ajoutée des services fournis par les administrations publiques. La contraction du rythme de croissance aurait pu être plus accentuée sans l’impact positif de la bonne production agricole sur le commerce, le transport ainsi que les activités de télécoms.
La croissance du PIB sera soutenue par une demande intérieure en hausse de 5% au lieu de 2,7% en 2012 en raison de l’amélioration des revenus des ménages sous l’effet positif de la bonne année agricole. Dans ce contexte, la consommation des ménages devrait progresser de 6% au lieu de 3,6% en 2012, contrairement à la consommation publique qui devrait reculer de 3% contre 7,9% en 2012.
Quant à la formation brute du capital fixe (FBCF), elle devrait être lourdement affectée par les coupes budgétaires sur l’investissement. Elle ne croîtrait plus que de 0,5% contre 2,7% en 2012.
Selon les projections du HCP, l’impact de la consommation des ménages dans la croissance économique atteindrait 3,6% en 2013 contre 2,1% l’année dernière. La consommation des administrations publiques contribuerait pour 0,6% contre 1,4% en 2012, tandis que la contribution de la formation brute de capital fixe devrait passer à 0,2% au lieu de 0,8% en 2012. Du coup, la demande intérieure contribuerait pour 5,8% à la croissance du PIB contre 2,7% l’année écoulée.
Les capacités de financement de l’économie connaissent une grosse tension, cependant l’année 2013 se terminerait avec un accroissement du PIB à prix courants de 5,7% contre 3,2% en 2012. En parallèle, la consommation finale augmenterait de 7,6%. Par conséquent, l’épargne intérieure serait en recul, puisqu’elle se situerait à 19,7% du PIB contre 21,1% en 2012.
Hassan EL ARIF

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc