×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Renault Maroc s’allie à l’Université libre de Fès

    Par L'Economiste | Edition N°:3895 Le 24/10/2012 | Partager
    Stage et insertion, au menu d’une nouvelle convention
    La formation, un aspect stratégique pour l’usine de Tanger

    Michel Faivre-Duboz et Mohamed Aziz Lahlou, respectivement DG du groupe Renault au Maroc et président de Technologia, signant un accord de partenariat et d’échange, lundi dernier à Fès, à l’occasion de la sortie de la 2e promotion de l’Université libre de Fès

    L’usine Renault Maroc s’ouvre sur l’environnement de la formation supérieure privée. En effet, une convention de partenariat a été signée, lundi 22 octobre, entre le constructeur automobile et l’Université libre de Fès (ULF-Technologia).
    Avalisé par Michel Faivre-Duboz et Mohamed Aziz Lahlou, respectivement DG du groupe Renault au Maroc et président de Technologia, cet accord ouvre de nouvelles perspectives d’échanges et de coopération pour les deux parties. Stages pour étudiants et lauréats formation, et insertion figurent au programme.
    S’adressant aux lauréats de la 2e promotion de Technologia, Faivre-Duboz qui, rappelons-le, part en retraite à la fin du mois (cf. www.leconomiste.com), a noté que «la course aux titres et diplômes est bien, mais elle n’est jamais parfaite sans le travail de terrain». Le DG du groupe Renault au Maroc a rappelé les étapes de la réalisation du site de Tanger. «Il aura fallu toucher à tout, installation de 20.000 tonnes de charpente, gestion de l’assainissement liquide, et maîtrise des ressources humaines», dit-il. Ceci étant, l’implantation de l’usine de Renault au Maroc représente, selon son management, une «conjonction d’intérêts stratégiques qui ont fait que le choix du site de TangerMed était idéal». Aujourd’hui, l’usine de Renault Tanger emploie 3.000 personnes, produit 350 véhicules par jour et en a déjà exporté 30.000, a souligné Faivre-Duboz. Pour lui, le volet de la formation représente l’aspect le plus stratégique du démarrage de cette usine. Faivre-Duboz a rappelé, à juste titre, la mise en place par l’Etat de l’Institut de formation aux métiers de l’industrie automobile (IFMIA) qui dispense une formation «concrète et chargée», destinée à l’ensemble du personnel de cette unité de production, partant de chaque employé direct, passant par les agents de maîtrise pour arriver à la direction. Avec la signature de sa nouvelle convention avec l’ULF Technologia, Renault étoffe son réseau de partenaires. Pour Mohamed Aziz Lahlou, «ce constructeur automobile français est une firme de marque qui s’ajoute aux entreprises qui nous appuient pour le développement d’une formation de qualité». Notons enfin que Technologia est le premier campus universitaire privé de la capitale spirituelle. Orienté vers les métiers de l’avenir, il propose aux bacheliers la possibilité d’intégrer trois grandes écoles d’ingénieurs, de management et de tourisme. L’ULF Technologia est accréditée par le ministère de l’Enseignement supérieur. Elle est dotée d’infrastructures et d’équipements technologiques, scientifiques et sportifs. Sa réalisation a nécessité quelque 60 millions de DH.

     

    De notre correspondant, Y. S. A.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc