Economie

Le tourisme reprend de la vigueur

Par | Edition N°:3895 Le 24/10/2012 | Partager
Les indicateurs au vert depuis mai dernier
Les contrats-programmes régionaux signés le 4 décembre

Le Maroc est en train de revenir en force sur le marché allemand, dont les touristes sont particulièrement à la recherche de destinations balnéaires

Après les années difficiles de la crise, le tourisme commence à reprendre des couleurs. Les indicateurs sont au vert depuis 4 mois, avec +3% en mai et +13% en juin. Cette tendance se poursuit. «Nous avons aussi enregistré une évolution positive le mois de septembre. Les chiffres seront annoncés cette semaine», a souligné Lahcen Haddad, ministre du Tourisme, qui était l’invité de l’émission Dimanche politique sur Atlantic radio. Néanmoins, la crise a laissé des séquelles. Certains comportements nés de cette période devront se maintenir durablement, comme cela ressort des études réalisées par les organismes internationaux spécialisés. En effet, les touristes ont plus tendance à chercher une thématique de séjour avant de choisir la destination. Pour Haddad, «il est vrai qu’une certaine frilosité s’est installée dans les marchés émetteurs. Mais la campagne de communication que nous avons lancée pour expliquer l’exception marocaine commence à donner ses fruits». Parallèlement, le ministre a évoqué les efforts entrepris pour renforcer la présence du Maroc dans les marchés traditionnels, mais aussi dans des pays comme la Pologne et la Russie. «Aujourd’hui, les intentions de voyage publiées par les organismes spécialisés montrent que le Maroc est en bonne position», a noté le ministre du Tourisme. «Nous sommes en train de revenir en force sur le marché allemand, dont les touristes sont surtout à la recherche de destinations balnéaires, avec un bon rapport qualité/prix», a-t-il ajouté. Actuellement, la ville d’Agadir constitue un choix de prédilection. En outre, les stations balnéaires prévues par la Vision 2020 permettraient de mieux répondre aux attentes des touristes. Que ce soit Taghazout, oued Chbika, la Plage blanche…  ces stations permettraient certainement d’attirer un plus grand nombre de touristes. Or, ces projets sont aujourd’hui à la traîne, à cause notamment du retrait de certains investisseurs.
Par ailleurs, le département du Tourisme se penche actuellement sur la finalisation des contrats-programmes régionaux, prévus dans la Vision 2020. Ils seront signés le 4 décembre prochain, lors des Assises nationales du tourisme. «L’Etat ne sera pas appelé à débourser de grandes sommes, dans la mesure où il s’agit surtout de projets d’investissements qui seront réalisés dans le cadre de partenariats public/privé, sur une période de 8 à 10 ans», a fait savoir Haddad. Néanmoins, «l’Etat devrait faire des efforts sur certains projets comme les palais des congrès ou les musées», a-t-il ajouté. Pour la promotion de la destination Maroc, le département de Haddad devrait voir son budget augmenter pour atteindre 200 millions de DH, dans le cadre du projet de loi de Finances 2013. «C’est un effort assez important dans une année difficile comme celle-ci, mais ce n’est pas suffisant pour répondre aux besoins d’incitation en matière de l’offre aérienne. Nous sommes en pourparlers avec le ministère du Transport pour voir ce que nous pourrons faire sur ce dossier», a souligné Haddad.

 

Agences de développement touristique

Les nouvelles agences de développement touristique (ADT) seront mises en place dès l’année prochaine. La priorité sera donnée à celles de Marrakech et d’Agadir. Les autres devront suivre en 2014 et 2015. Les textes réglementaires sont prêts. Et progressivement, «les fonctions des conseils régionaux du tourisme passeront aux ADT, où les professionnels seront également représentés», a noté Haddad.

 

M. A. M.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc