×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Fès: Après la tour Eiffel, la tour Chabat

    Par L'Economiste | Edition N°:3889 Le 16/10/2012 | Partager
    La ville compte aussi ériger un Arc de Triomphe plus haut que l’original
    Des attractions touristiques à long terme estime la mairie
    Près d’un milliard de DH pour un complexe culturel

    Fès s’est dotée, samedi dernier, d’une Tour Eiffel de près de 30 mètres de hauteur. Implantée au rond-point de Zouagha, celle-ci connaît une forte affluence des habitants riverains qui viennent poser pour des photos souvenirs «comme à Paris»

    APRES la fontaine du globe terrestre plus grande que celle d’Aix-les-Bains (France), les Champs Elysées de l’avenue Hassan II, voilà que Fès se dote d’une tour Eiffel miniature, et bientôt d’un Arc de Triomphe géant, plus grand que celui de Paris, ainsi que d’une bibliothèque de 2 millions d’ouvrages. Des projets à la mesure des ambitions de la mairie de la ville et qui sont censés, à long terme, devenir une véritable attraction touristique. Aussi, après l’installation de 32 fontaines dans les carrefours giratoires de la capitale spirituelle, le Conseil communal a lancé cette semaine une nouvelle approche. «Nous allons construire des monuments qui devront renforcer l’attractivité de la ville et séduire habitants et touristes», indique Hamid Chabat, maire de Fès. La ville s’est dotée, samedi dernier, d’une tour Eiffel de près de 30 mètres de hauteur. Implantée dans le rond-point de Zouagha, celle-ci connaît une forte affluence des habitants riverains qui viennent poser pour des photos souvenirs «comme à Paris». La construction de ce monument est pensée aussi dans le but de décourager les voleurs de fontaines. A noter que les actes de malveillance perpétrés ces derniers temps sur les fontaines communales sont estimés à plus de 4 millions de DH. Fabriquée en acier, la Tour-Eiffel fassie est fixée au sol via 4 socles en béton. Donc, il serait difficile, voire même impossible, de l’enlever.
    En outre, la Commune construira un Arc de Triomphe plus haut de 5 mètres que celui de Paris, du côté de la route nationale menant vers Meknès. «Les plans architecturaux sont fins prêts et les travaux devront démarrer dans quelques jours», souligne le maire. Dépoussiérer la Karaouiyine, fait également partie des projets de Chabat afin que l’université puisse retrouver son lustre et son rôle d’antan. L’autre projet d’envergure concerne la réalisation d’un grand complexe culturel. D’un investissement de près de 905 millions de DH, celui-ci s’étendra sur une superficie de 14 hectares. Il abritera, outre une bibliothèque de 2 millions d’ouvrages, des salles de lecture, un complexe cinématographique, un opéra, une résidence pour artistes et une tour géante. Celle-ci sera couverte de plaques d’énergie solaire qui alimenteront l’ensemble des dépendances en électricité. Pour Allal El Amraoui, 1er adjoint au maire, les premières fondations de cet édifice sont déjà entamées. Le futur équipement de la bibliothèque de Fès proposera une offre documentaire multimédia suffisamment riche et susceptible de satisfaire la demande dans une métropole où la population estudiantine est particulièrement nombreuse.  Signalons que Fès s’est dotée dernièrement de 12 bibliothèques municipales en plus de la médiathèque du complexe culturel El Houriya. D’un investissement de 4 millions de DH, cet établissement est réalisé en partenariat avec l’UE dans le cadre du programme Medact 2. Il est équipé d’une bibliothèque de plus de 15.000 titres, d’ordinateurs, et d’espaces «Spécial Fès». En effet, l’importance de cette médiathèque émane du fait qu’elle sera bientôt reliée aux bibliothèques virtuelles des villes de Barcelone, Strasbourg et Alexandrie. «Outre la recherche au niveau local, les visiteurs peuvent, grâce à une connexion haut débit, consulter des ouvrages dans les bibliothèques des villes partenaires sans se déplacer», indique-t-on. Le volet culturel comprend également la construction de l’Université euro-méditerranéenne. Ce projet, rappelons-le, a été «labellisé» par les hauts fonctionnaires des 43 Etats membres de l’Union pour la Méditerranée (UpM), lors d’une réunion tenue récemment au siège de l’organisation, à Barcelone. Sa construction sera lancée avant fin 2012.

    Ennemis d’hier, amis d’aujourd’hui!

    Hamid Chabat qui réunissait, samedi dernier, les conseillers communaux des différentes tendances politiques à l’occasion d’une cérémonie célébrant sa récente élection à la tête du PI, a tenu un discours rassurant loin de son populisme habituel. Le maire a tout d’abord souligné qu’il restera «égal à lui-même, accessible, et au service de la ville de Moulay Driss qu’il porte toujours dans son cœur». «Ceci, avec une petite différence: Chabat le syndicaliste n’est pas Chabat le politique», dit-il. Le message, à peine voilé, est adressé à tous ses «adversaires» politiques présents à la cérémonie de la victoire. Ceux-là mêmes qui, il y a quelques semaines le décriaient, le congratulent aujourd’hui très chaleureusement.

    De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc