×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Competences & rh

Management: La GRH au cœur du processus

Par L'Economiste | Edition N°:3744 Le 20/03/2012 | Partager
Premier facteur de création de valeur
Transformation du style de management

Dans une économie mondialisée caractérisée par des marchés de capitaux de plus en plus compétitifs, la pertinence des pratiques managériales dites «classiques» n’est plus d’actualité. En effet, la création de la valeur actionnariale, jusqu’à présent objectif unique par excellence, commence à présenter de sérieuses limites.
Dans ce cadre, l’Ecole supérieure internationale de gestion (ESIG) a organisé, dernièrement, la 5e édition du colloque scientifique international sous le thème: «Le management responsable et la création de la valeur: de la valeur actionnariale à la valeur partenariale». A travers des partages d’expériences, débats et présentations, la manifestation avait pour but d’apporter une réponse à une question de la plus haute importance pour les dirigeants, actionnaires et managers: «Comment rendre durable la création de la valeur?»
La gestion des ressources humaines, pilier des changements et des évolutions en entreprise, est le premier facteur de création de valeur. «Au centre de cette dynamique, la fonction a subi non seulement un renforcement de ses responsabilités mais également une extension de ses domaines d’intervention», souligne le professeur Abdellatif  Komat.  Ainsi, la fonction RH a plus de responsabilités dans la performance des organisations mais aussi sur le plan stratégique. En effet, le volet RH s’est imposé comme un axe incontournable à prendre en considération pour la concrétisation de la stratégie d’une organisation.  D’autre part, au niveau des «nouveaux salariés», plus demandeurs de considération et de valorisation, un plus grand engagement est également constaté. Et ce, au niveau de la mise en place de la structure organisationnelle la plus adaptée à l’entreprise (matricielle, par projet, par processus, structure plate…).
Enfin, la responsabilité sociale et sociétale n’est pas en reste. «Aussi bien au niveau des responsabilités qu’au niveau des domaines d’intervention, des liens évidents sont établis entre la GRH et les principes fondamentaux de la RSE», ajoute Komat. En effet, le département des ressources humaines joue un rôle de gardien des valeurs et garant du code éthique et déontologique de l’entreprise: l’ensemble des décisions prises doivent être en phase avec le code des valeurs de l’entreprise.  Et ce, afin d’intégrer les préoccupations sociales, environnementales et économiques de l’entreprise aux enjeux du développement durable.


Zineb SATORI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc