×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Competences & rh

L’OCP «reengineerise» ses process

Par L'Economiste | Edition N°:3686 Le 27/12/2011 | Partager
Le cabinet Kurt Salmon accompagne l’Office dans ce grand projet
Le processus va durer deux ans

Les ambitions à l’international de l’Office chérifien des phosphates le poussent à se conformer aux meilleures pratiques internationales en matière de gestion

L’Office chérifien des phosphates (OCP) est en plein processus de changement. Son projet de re-engineering des process est sur les rails. Les ambitions à l’international de l’Office le poussent donc à se conformer aux meilleures pratiques internationales en matière de gestion. A cet effet, l’OCP se fait accompagner par le cabinet international Kurt Salmon, spécialisé dans le conseil en stratégie et transformation d’entreprise. Outre les activités cœur de métier, cette transformation concerne l’ensemble des fonctions transverses (RH, supply chain, finance, achat, IT, ventes…). Au bout d’une mission d’une année environ, qui s’est achevée en novembre, une feuille de route est aujourd’hui fin prête à la fois pour les métiers ainsi que les systèmes d’information. Un processus qui va durer deux ans, soit jusqu’en 2013. «L’OCP s’est donné les moyens pour que l’ensemble de ces fonctions supports atteignent les niveaux des plus grandes entreprises mondiales», affirme Meissa Tall, associé Kurt Salmon en charge du Maghreb, lors d’une conférence sur l’expérience de l’OCP en reengeneering. Une telle démarche, permet, selon lui un gain de coût de 5 à 25% à court terme et une amélioration du taux de croissance, voire sa multiplication par deux, à long terme. «Face à un marché mondial très concurrentiel, l’OCP doit renforcer davantage sa présence et maintenir son positionnement tout en diversifiant les marchés. Cela suppose des transformations profondes pour réussir ses challenges», ajoute-t-il.
Selon le consultant Kurt Salmon, le reengineering implique un remodelage radical des processus opérationnels de l’entreprise et les postes de travail deviennent multidimensionnels. Cette approche concerne tous les niveaux d’organisation. Et l’engagement du personnel est nécessaire pour assurer l’appropriation de cette transformation. Mais, la tâche n’est certainement pas de tout repos, sachant que l’Office est un mastodonte qui emploie pas moins de 20.000 collaborateurs. «Tout projet d’entreprise suscite des résistances, mais s’il y a une volonté manageriale et une capacité des dirigeants à comprendre les enjeux, il est plus facile d’embarquer tout le monde», indique Meissa Tall. Pour mobiliser les salariés, des réunions ont été organisées afin de les sensibiliser à l’intérêt du projet et à sa valeur ajoutée.
L’objectif étant que chaque salarié s’approprie les enjeux et les objectifs par la mise en place du plan de changement adapté. Et également de faire constamment le lien entre son action quotidienne et la finalité du projet.
«Pour les métiers supports, on a constaté que les collaborateurs étaient plus dans des activités récurrentes, administratives et qu’il fallait les accompagner pour aller vers des activités à valeur ajoutée», indique pour sa part Malak Madrane, chef de projet AMOA/OCP. Et pour ce faire, des groupes de projets ont été constitués avec pour chacun, une équipe mixte (OCP/Kurt Salmon). Objectif : faire évoluer les postes de travail, des tâches simples au travail multidimensionnel.
A signaler que le cabinet Kurt Salmon, présent au Maghreb depuis 2004, accompagne des entreprises de la place (locales ou étrangères, privées ou publiques) dans des projets de développement (nouvelles activités, création ex nihilo, fusion-acquisition) ou de transformation (commerciale, systèmes d’information, fonctions finance et risques). Parmi ses références au Maroc figurent entre autres BNP Paribas, Wafasalaf, OFPPT, Maroc Telecom, Méditel, Cosumar…
Aziza EL AFFAS

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc