×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Analyse

Les dessous d’une offensive turque

Par L'Economiste | Edition N°:3686 Le 27/12/2011 | Partager
PJD/AKP: les conditions réunies pour redynamiser les affaires
Les échanges devraient s’établir à 11,3 milliards de DH à fin 2011
De nombreuses implantations attendues

Sur les 7 premiers mois de l’année, les importations marocaines depuis la Turquie ont augmenté de 44%, soit un équivalent de 4,7 milliards de DH

Et si la montée au pouvoir du PJD redynamiserait les échanges entre le Maroc et la Turquie ! Même s’il n’existe pas de relation officielle entre le parti de Benkirane et l’AKP (parti au pouvoir en Turquie), les affinités sont de taille: un référentiel islamique, un fort attachement à la classe populaire, une volonté de s’attaquer aux maux sociaux, une réorientation vers les pays arabes… Il faut dire que des visites de courtoisie ont déjà eu lieu entre les deux partis sans pour autant donner lieu à de réels partenariats. Aujourd’hui, étant à la tête du premier gouvernement de la nouvelle Constitution, le PJD pourrait donner un nouvel élan à la coopération. Objectif: parvenir à 3 milliards de dollars (environ 27 milliards de DH) d’échanges commerciaux, à l’horizon 2014. Déjà en mai dernier, la jeunesse du Parti de la justice et du développement avait signé un accord de coopération avec la jeunesse de l’AKP, en Turquie, en marge d’une manifestation internationale de la jeunesse. L’évènement s’est déroulé en présence du Premier ministre turc, himself, Recep Tayyip Erdogan.
En effet, «les relations entre le Maroc et la Turquie ont connu une grande évolution après l’arrivée au pouvoir de l’AKP», estime Hakan Gök, directeur administratif de Mensoy, une entreprise de BTP turque implantée au Maroc. En effet, les relations économiques et commerciales entre les deux pays se sont considérablement développées ces dernières années. Avec l'accord de libre-échange (ALE) qui est entré en vigueur le 1er janvier 2006, une nette augmentation dans le volume des échanges, sauf pour l'année 2008 où les effets de la crise économique ont été ressentis. Cet accord permet aux entreprises turques implantées au Maroc d’exporter vers les Etats-Unis tout en bénéficiant des avantages de l’ALE, Maroc-USA. La section économique de l’ambassade de Turquie estime que les échanges commerciaux devraient s’établir à 11,3 milliards de DH (1,3 milliard de dollars) à fin 2011, soit une hausse de 27%. Au Maroc, les produits turcs remplissent les étals : biscuiterie-confiserie, habillement, chaussure, ameublement… jamais le «Made in Turkey» n’a été aussi visible et diversifié. Cette évolution est attribuée principalement «aux efforts du gouvernement turc pour le développement de relations plus proches avec les pays du Moyen-Orient et de l'Afrique», explique Attila Saylan, directeur de projet chez Tekfen. En effet, malgré la signature de l’accord de libre-échange, le Maroc ne déploie pas suffisamment d’efforts pour faire valoir son réel potentiel. Conséquence: le Royaume est en retard en termes d’investissement turcs. Si les 75 entreprises turques implantées au Maroc (BTP, distribution) estiment avoir investi l’équivalent de 2 milliards de DH au Maroc, en Egypte les investissements turcs ont dépassé les 17,4 milliards de DH pour 205 entreprises. Un retard attribué essentiellement à une méconnaissance du marché marocain. Dans l’esprit de beaucoup d’hommes d’affaires turcs, il y a un amalgame de perception entre le Maroc, l’Algérie et la Tunisie. La langue demeure également un obstacle de taille. Les patrons ne maîtrisent que rarement l’anglais, la communication reste difficile. Toutefois, certains efforts commencent à être déployés côté marocain. En effet, une délégation de l’Agence marocaine de développement des investissements (AMDI) a rencontré le 22 novembre dernier son homologue turc. Ce déplacement a permis la réalisation de rencontres B2B avec des entreprises turques intéressées par une éventuelle implantation au Maroc. Plusieurs dizaines d’hommes d’affaires turcs avaient fait le déplacement pour rencontrer Fathallah Sijilmassi, DG de l’AMDI, mais aussi les représentants de l’Amica (automobile), de l’Amith (textile), de l’Agence pour le développement agricole, ou encore TangerMed. Aussi, 17 délégations d’hommes d’affaires marocains se sont-elles rendues en Turquie cette année. La rencontre s’est clôturée par la signature d’une convention de partenariat entre l’AMDI et son homologue l’Ispat.

Nouveau départ pour le Conseil d’affaires maroco-turc

Après une période d’inactivité, le Conseil d’affaires maroco-turc amorce un nouveau départ. La structure, qui a vu le jour en 2004 et qui est affiliée à la CGEM, s’est réunie en octobre dernier pour définir un plan de travail. La première action prévue aura lieu les 12 et 13 janvier à Istanbul. Il s’agit d’une rencontre entre la partie marocaine et son homologue turque. Rappelons que le Conseil d’affaires maroco-turc est coprésidé, côté marocain, par Youssef Rouissi, administrateur directeur général d’Attijariwafa bank. La rencontre qui aura lieu en Turquie en janvier prochain permettra aux deux parties de faire connaissance et de valider le programme d’action global. Mais d’ores et déjà, des contacts B2B auront lieu entre des hommes d’affaires nationaux et turcs. Parmi les secteurs ciblés, l’agro-industrie, le transport, l’hôtellerie, la chimie, l’automobile… De plus, les deux parties du Conseil d’affaires se sont également mises d’accord sur le principe de la création de commissions sectorielles, dotées chacune d’un plan d’action spécifique. Chaque commission devra tenir deux rencontres annuelles au Maroc et en Turquie. L’idée d’organiser un important roadshow annuel dans les deux pays. H. E.

Ilham BOUMNADE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc