×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Focus

Plan d’aménagement de Fès
Transports, équipements,… le grand ménage

Par L'Economiste | Edition N°:3682 Le 21/12/2011 | Partager
Prolongement des boulevards et avenues… la vision
Des circuits propres pour les transports en commun
Restructuration et dédensification des zones sous équipées

Le plan d’aménagement de Fès repose essentiellement sur la création d’une trame verte qui devra totaliser plus de 2.000 ha sur 13.000 ha du périmètre d’aménagement, soit plus de 15% de l’espace urbanisé.

BONNE nouvelle pour les habitants de Fès. Ils seront enfin soulagés grâce à ce nouveau plan d’aménagement (PA) qui annonce des solutions pour le transport. En effet, une armature viaire renforcée pour rendre les transports collectifs plus performants est programmée. Celle-ci s’articule sur un schéma de voirie hiérarchisé qui s’appuie sur la trame existante et la complète. En d’autres termes, la ville se dotera d’une nouvelle rocade au sud prenant en compte l’extension du périmètre urbain et les futurs développements périphériques (HAO et CDG), et d’une rocade nord pour désenclaver les quartiers périphériques. Les rocades existantes, quant à elles, seront complétées au niveau de certaines sections. Le boulevard urbain s’appuiera, lui, sur les traces encore existantes dans les lotissements autorisés reliant les centres de Zouagha, Saada, Monfleury, Nargiss et route de Séfrou. Le boulevard Hassan II sera prolongé et valorisé avec la création à terme d’un nouveau boulevard jusqu’à l’autoroute. Pour les usagers des bus, la mise en place de sites propres le long du boulevard urbain intérieur, et dans les radiales existantes de la route de Meknès en direction de Bensouda-Zouagha, la route Ain Chkaf, la route de Séfrou, la route de Taza, est éminente. Le PA annonce aussi l’utilisation de la ligne de chemin de fer comme transport en commun. Ainsi, il est question de construire de nouvelles centralités autour des gares existantes (Gare centrale, Bab Ftouh, Zouagha) et deux autres projetées (médina, Dhar Mehraz). La première est située sur la route de Taza. Elle desservira la zone-est nouvellement ouverte à l’urbanisation. La deuxième pourrait être réalisée en face de Bab Rcif, principale entrée de la médina. La troisième, déjà existante, est celle de la gare centrale, dont les abords sont en cours de valorisation. La 4e station se situera dans le secteur de Zouagha pour desservir la zone-ouest de la ville. Enfin, la 5e station pourrait être située dans le quartier industriel Bensouda.
Dans un autre registre, l’organisation en polycentrisme et le maintien de l’unité de la macroforme seraient d’un grand apport. Notons que les nouvelles centralités qui complètent celles existantes (médina, ville nouvelles et centres des quartiers populaires) se feront autour du pôle principal de la ville nouvelle avec une dimension de patrimoine à préserver (bâtiments publics et quelques édifices privés) tout en valorisant le boulevard Hassan II par des hauteurs importantes R+12 sur certaines séquences, sans toucher aux bâtiments à haute valeur patrimoniale. Il y aura, entre autres, un pôle de développement le long de la route de Séfrou avec le stade, la foire d’exposition, l’hôpital, l’université, et la zone offshore. Par ailleurs, le PA propose de nouveaux équipements pour renforcer les fonctions métropolitaines. Il s’agit notamment d’une cité des arts et des métiers d’artisanat avec hôtels, un centre de conférences et un palais des congrès.

Tissus urbains

POUR ce qui est des tissus urbains, le plan prévoit la requalification de certains quartiers, des mutations et des extensions pour faire face aux besoins et résorber les déficits en habitat. Il est proposé à cet effet la restructuration et la requalification urbaine des quartiers nord. L’objectif étant de dédensifier les quartiers d’habitat non réglementaire. Le nouveau schéma entend mettre à niveau les secteurs de Jnanates, Sahrij Gnaoua et Aouinat El Hajjaj. En outre, l’on vise le transfert progressif des activités industrielles vers Ras El Ma qui, à terme, sera le véritable pôle industriel de l’agglomération. La reconversion de la ZI de Doukkarat en zone d’animation, de bureaux et de cité des arts et des métiers d’artisanat avec hôtellerie… est aussi d’actualité. «Nous envisageons l’aménagement du plateau Dhar Mahraz avec transfert de la caserne, le maintien de l’hôpital et de l’université et la restructuration de l’habitat existant», explique l’inspecteur régional de l’habitat. Et de poursuivre: «Le renouvellement urbain par mutation des tissus urbains comprend la densification des abords de l’avenue Hassan II et Mohammed V tout en préservant le patrimoine architectural existant de la période coloniale, le renforcement du stationnement, la réalisation de parkings en sous-sol des nouveaux grands immeubles de l’avenue Hassan II». Pour ce qui est des extensions périphériques, l’architecture du PA veut marquer «clairement» les limites de la ville par une ceinture verte, au-delà de laquelle la zone périurbaine préserve sa vocation d’espace agricole. Enfin, de nouvelles entrées de ville bien aménagées et des secteurs périphériques à faible densité à l’intérieur du périmètre urbain sont prévus.

Y. S. A.

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc