×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Finances-Banques

    «Le timing de l’introduction est juste»
    Aziz Daddane, président du directoire de S2M

    Par L'Economiste | Edition N°:3677 Le 14/12/2011 | Partager
    Le dirigeant confiant quant à l’opportunité de l’entrée en Bourse
    La monétique tirée par la croissance de la bancarisation, internet et le mobile

    «Je suis certain que le marché et les investisseurs sauront juger de l’opportunité d’investissement dans notre capital», affirme Aziz Daddane, président du directoire de S2M

    Créée voilà plus de deux décennies, SMS rejoint ses principales concurrents (HPS et M2M) à la Bourse de Casablanca. De surcroît, dans un contexte somme toute difficile. En témoigne la déconvenue des deux sociétés (Stroc et Jet Alu) introduites à la cote en 2011. Mais le top management s’attend à un meilleur sort.


    - L’Economiste: Pourquoi avoir attendu longtemps avant l’introduction en Bourse, de surcroît à un moment où la conjoncture boursière reste difficile?

    Aziz Daddane: Il y a un temps pour tout. Le dicton dit «avant l’heure, ce n’est pas l’heure, après l’heure, ce n’est plus l’heure». Tenter la cote avant un certain niveau de maturité de l’entreprise aurait été justement, sans mauvais jeu de mots, un leurre. A la Société maghrébine de monétique (S2M), nous considérons aujourd’hui que la maturité de notre entreprise et ses perspectives de développement nous permettent d’aborder sereinement cette introduction en Bourse.Je peux affirmer en toute sérénité que devenir actionnaire dans S2M aujourd’hui est un acte de bon sens. S’agissant du contexte boursier actuel, je suis certain que le marché et les investisseurs sauront juger de l’opportunité d’investissement dans notre capital, c’est également une question de bon sens.

    - Les trois fonds d’investissement (Maghreb Private Equity Fund (MPEF), MPEF II et AfricInvest) continueront-ils d’être présents dans le tour de table de S2M?

    - En effet, ces fonds d’investissement continueront de détenir une participation significative dans notre capital jusqu’à leur sortie qui devrait intervenir de manière progressive, preuve s’il en faut de la confiance qu’ils ont dans le potentiel et l’avenir de la société.


    - Quel est le potentiel du marché de la monétique, des paiements en ligne et des cartes?
    - Le marché de la monétique est en forte expansion. Le secteur des moyens et des systèmes de paiement électroniques enregistre une croissance mondiale sous-tendue par plusieurs leviers de développement tels que la croissance de la bancarisation, notamment dans le marché historique de S2M (Afrique et Moyen-Orient).
    Il y a également les mutations technologiques continues ainsi que l’évolution permanente des normes et standards internationaux. Autre levier, la pénétration de la monétique dans des secteurs autres que bancaires: télécoms, pétroliers, grande distribution, santé, transport… Le développement de nouveaux canaux de paiement tels que l’internet et le téléphone mobile recèle un potentiel sans précédent. A ce titre, je rappelle que S2M a été pionnière dans le lancement de ces nouveaux canaux de paiement en mettant en place l’une des premières plateformes de commerce électronique en 1999. S2M a mis en œuvre l’une de ses premières références de Mobile Payment depuis plus d’un an et demi.

    Propos recueillis par Hassan EL ARIF

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc