×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Evénement

    PJD: Premiers échauffements avant la rentrée parlementaire

    Par L'Economiste | Edition N°:3675 Le 12/12/2011 | Partager
    Des ateliers thématiques sur la méthodologie de l’action des députés
    Benkirane appelle les nouveaux élus à beaucoup de rigueur

    Abdelilah Benkirane a demandé aux élus de sa formation politique d’être rigoureux dans leur action au sein du Parlement. Il sait que son parti est attendu au tournant et par les citoyens et par ses… adversaires

    Après l’euphorie de la victoire, les membres du Parti de la justice et du développement (PJD) sont tout de suite passés aux choses sérieuses. Les négociations menées par le Secrétaire général du parti pour la formation de sa majorité n’ont pas empêché les autres membres de se préparer à la prochaine rentrée parlementaire.
    Samedi dernier, le PJD a donc organisé une journée d’étude au profit de son équipe parlementaire, à la salle Abdelaziz Meziane Belafkih à Rabat. Au programme: la méthodologie de l’action parlementaire, l’un des points forts de la formation islamiste. Les vieux routiers de la politique tels Mustapha Ramid, Abdallah Baha ou encore Lahcen Daoudi, ont animé des ateliers thématiques concernant la méthodologie de contrôle de l’action gouvernementale, celle de la discussion de la déclaration du gouvernement, le règlement interne du Parlement, l’éthique du parlementaire... Les nouveaux élus islamistes étaient tous présents. A l’entrée de la salle, chaque élu a reçu un maroquin rempli de documents, une sorte de kit du parlementaire.
    Avant le début de la rencontre, deux groupes étaient formés devant la salle. D’un côté, les élues du parti et de l’autre un groupe de jeunes députés dont l’acteur Yassine Ahajjam et la tête de liste nationale du parti Khalid Boukariî. Samir Abdelmoula, ex-maire de Tanger et nouveau membre du PJD a tenu à être présent à cette rencontre même s’il n’a pas pu être candidat aux dernières élections. Jamaâ Al Mouatassim, «Monsieur organisation», et Najib Boulif, l’économiste du parti, multiplient les poignées de main et les formules de félicitations aux nouveaux élus. A 10h15 tapantes, Mustapha Ramid, en maître de cérémonie, annonce le début des travaux.
    Un membre du parti a été chargé de lire des Versets du Coran avant la séance de présentation de l’équipe parlementaire. Ramid a tenu à rappeler l’évolution du parti et le renforcement progressif de son effectif au sein de l’hémicycle depuis sa première participation aux législatives (2002 puis 2007). Il a appelé les députés islamistes à «ne pas trahir la confiance des citoyens en misant sur la rigueur et le sacrifice dans l’accomplissement de leur mission». Car, il s’agit d’une «grande responsabilité et d’une lourde tâche que vous devez veiller à assumer», a-t-il affirmé en s’adressant à la centaine de parlementaires présents dans la salle.
    De son côté, Jamaâ Al Mouatassim a présenté le bilan électoral du parti et le contexte dans lequel s’est déroulé le dernier scrutin. Sa présentation a été interrompue par l’entrée de l’homme fort de la formation politique, Abdelillah Benkirane, accompagné de Azzedine Taoufiq, dirigeant du Mouvement unicité et réforme, bras religieux du parti, venu «apporter le soutien du Mouvement aux nouveaux députés». Benkirane, qui a tenu à préciser à l’assistance que ses nouvelles fonctions de Chef du gouvernement l’obligent à «mieux peser ses mots», est resté toutefois fidèle à lui-même. Dans une allocution adressée à la nouvelle équipe parlementaire, le Chef du gouvernement a souligné que «la joie de la victoire est accompagnée d’une appréhension par rapport au poids de la confiance accordée par les citoyens». C’est pour cela que «la rigueur dans le travail parlementaire et l’acharnement pour la réalisation des avancées dans les différents secteurs sont nécessaires pour renforcer cette confiance», avance Benkirane. Il a appelé les membres de l’équipe parlementaire à soutenir l’action de son gouvernement. «Les membres de notre parti sont habitués à travailler dans l’opposition. Maintenant, ils ont un effort à faire pour apprendre à soutenir le gouvernement», fait-il savoir. Il a également recommandé à tous les membres du parti «d’être exemplaires dans leurs démarches afin de mieux refléter les valeurs et les idées du parti». Le ton paternel et rigoureux de Benkirane laissait place épisodiquement à des interpellations des députés présents dans la salle, taquinant le parlementaire Abou Zaid Moukri’i Idrissi et félicitant Yassine Ahajam pour la barbe qu’il a laissée pousser.

    Soutien

    Abdelilah Benkirane a souligné que «le soutien de la majorité parlementaire au prochain gouvernement ne sera pas nécessairement permanent». Il a indiqué, à cet égard, que le groupe parlementaire de son parti est appelé à «corriger chaque action du gouvernement s’il s’avère qu’elle n’est pas juste ou irréaliste en termes d’efficacité, en veillant à proposer les meilleures suggestions de nature à améliorer le rendement de l’Exécutif».
    Un appel a été lancé aux nouveaux élus pour «qu’ils s’imprégnent des valeurs d’honnêteté et de rigueur pour mener à bien leurs missions». «Le peuple marocain a suffisamment d’intelligence pour déceler les faiblesses et les dysfonctionnements de l’action de notre équipe au sein de la Chambre des représentants», a affirmé Benkirane.

     

    M.A.M

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc