×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie Internationale

ONU: Sombres perspectives pour 2012

Par L'Economiste | Edition N°:3670 Le 05/12/2011 | Partager
PIB prévisionnel établi à 2,6%
Le taux de chômage toujours élevé

L’infographie montre les prévisions de croissance du FMI pour 2011 et 2012 pour une sélection de régions et pays avec rappel pour 2009 et 2010

L’ONU appelle les pays développés à ne pas céder aux politiques d’austérité et à coordonner entre eux pour relancer l’économie mondiale en se concentrant sur la création d’emplois. De nouvelles mesures de relance auraient besoin d’être accompagnées d’une réforme du secteur financier.
L’ONU n’est pas du tout optimiste dans son dernier rapport. Ses prévisions économiques 2012 sont moroses avec une baisse du produit mondial brut atteignant 2,6% pour 2012 et 3,2% pour 2013, en baisse par rapport aux 4,0% de 2010. Le taux de chômage mondial a atteint une moyenne de 8,3% dans les pays développés en 2011, toujours bien au-dessus du niveau d’avant-crise de 5,8% enregistré en 2007.
L’Europe a subi un ralentissement considérable tandis que la crise de l’emploi s’est aggravée aux Etats-Unis au cours de l’année 2011. Le rétablissement de la santé économique de ces deux zones dépend pour l’une de la gestion de la crise de la dette et pour l’autre du contrôle d’une seconde crise du crédit hypothécaire. Le rapport prévoit que les économies chinoise et indienne resteront robustes. Le Mexique et le Brésil risquent de ressentir davantage les effets de la récession mondiale. Les pays les moins avancés subiront un léger ralentissement économique. «L’incapacité des décideurs politiques, spécialement en Europe et aux Etats-Unis, à régler la crise de l’emploi et empêcher la crise des dettes souveraines et la fragilité du secteur financier, pose un risque grave pour l’économie mondiale dans la perspective 2012-2013», soulignent les auteurs du rapport.
De son côté, le Fonds monétaire international (FMI) a indiqué qu’il allait probablement abaisser en janvier ses prévisions de croissance mondiale pour 2012. Parmi les raisons évoquées: la reprise mondiale est déséquilibrée et irrégulière. Les remous sur les marchés financiers contribuent aussi à davantage d’incertitude dans les prévisions économiques.
Le FMI publie traditionnellement en janvier une mise à jour de ses prévisions semestrielles, où il ajuste les chiffres pour les plus grandes économies de la planète. Dans les dernières prévisions, il tablait sur une croissance de 4% en 2012, soit autant qu’en 2011, de 1,8% aux Etats-Unis, et de 1,1% en zone euro dont 1,4% en France, 1,3% en Allemagne et 0,3% en Italie.

Fatim-Zahra TOHRY

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc