×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Deux nouvelles mesures pour booster l’emploi

Par L'Economiste | Edition N°:3627 Le 30/09/2011 | Partager
Prise en charge d’une année de déclaration à la CNSS dans le cadre d’Idmaj
Contrat d’intégration professionnelle: 25.000 DH versés à l’entreprise en cas de CDI

Le département du ministre usfpeiste Jamal Rhmani prépare 19 mesures pour promouvoir l’emploi. Certaines de ces mesures portent sur l’amélioration des mécanismes d’auto-emploi et le développement de la gouvernance du marché du travail

La promotion de l’emploi sera dynamisée. Ainsi, deux mesures sur un total de 19 sont prêtes et seront activées dès le 15 octobre. Elles devaient en principe faire l’objet d’une conférence de presse conjointe, jeudi 29 septembre à Casablanca, entre Jamal Rhmani, ministre de l’Emploi et de la formation professionnelle, et Mohamed Horani, président de la CGEM. Il s’agit en quelque sorte de la concrétisation de la convention signée entre le gouvernement et la CGEM, le 24 mai dernier. Celle-ci vise à consolider les programmes de promotion de l’emploi salarié, à les améliorer et à aider à l’intégration directe dans l’entreprise.
La première disposition vise l’amélioration du dispositif «Idmaj». Ce programme de formation-insertion permet aux jeunes diplômés d’acquérir une première expérience professionnelle au sein des entreprises moyennant des avantages accordés par l’Etat. Pour inciter les entreprises à retenir ces jeunes, un nouvel encouragement sera accordé: la prise en charge de 12 mois de couverture sociale par l’Etat en cas de basculement vers un contrat à durée indéterminée (CDI) et ce, soit au cours de la période de stage de 24 mois, soit à son issue. Depuis son lancement en 2007, le programme Idmaj a bénéficié à 237.695 chercheurs d’emploi. Le taux d’accroissement annuel des bénéficiaires est de 10%, selon le département de l’Emploi.
La deuxième mesure envisagée est la mise en place d’un contrat d’intégration professionnelle (CIP). Ce qui permettra de faciliter l’accès à un premier emploi aux personnes ayant des difficultés d’insertion. Il s’agit en particulier des titulaires de diplômes universitaires de formation générale (licence et plus) et les demandeurs d’emploi inscrits à l’Anapec depuis plus d’une année.
Du côté des entreprises, cette mesure devrait constituer, selon le département de l’Emploi, «une réponse aux besoins en compétences via une formation/adaptation des profils aux postes à pourvoir durant une période de stage allant de 6 à 9 mois». L’Etat compte ainsi attribuer une indemnité de formation/intégration de 25.000 DH à l’entreprise. Cette indemnité ne sera versée qu’en cas de signature d’un CDI à l’issue de la période de stage.
Selon les prévisions du département de l’Emploi, ces nouvelles mesures vont permettre d’intégrer 297.000 chercheurs d’emploi d’ici 2016. Ce qui nécessitera une enveloppe budgétaire de 2 milliards de dirhams.
Pour éviter les dérapages, le département de Jamal Rhmani insiste sur la nécessité d’effectuer un bon ciblage des demandeurs d’emploi qui ont des difficultés d’insertion. L’amélioration de l’image de l’entreprise, l’adoption et la mise en œuvre du travail décent figurent aussi parmi les points qui méritent des ajustements.
Parallèlement à ces deux mesures, le ministère de l’Emploi est en train de finaliser un troisième dispositif qui sera décliné au cours des prochaines semaines. Au total, 19 mesures de promotion de l’emploi sont attendues. Certaines portent sur l’amélioration des mécanismes d’auto-emploi et le développement de la gouvernance du marché du travail. Le volet formation constitue également un axe important que ce soit au niveau de la formation professionnelle initiale, de la formation au sein de l’entreprise ou de la formation continue.

Khadija MASMOUDI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc