×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Focus

Horani au Club de L’Economiste
La CGEM se met en mode région

Par L'Economiste | Edition N°:3622 Le 23/09/2011 | Partager
Le patronat réadapte ses statuts à la nouvelle Constitution
Principal chantier: la régionalisation avancée
La représentation au Parlement pose problème

Au jour d’aujourd’hui, Casablanca ne dispose pas de sa propre union régionale. Du coup, pour bien des gens, le siège du patronat au quartier Palmier à Casablanca est assimilé à celui de l’union régionale de la CGEM. Cette restructuration devrait permettre de remédier à cette anomalie

LA CGEM se penche sur la réadaptation de ses structures. «Avec la nouvelle configuration politique du pays, liée au contexte d’adoption d’une nouvelle Constitution, il était nécessaire pour notre organisation de penser à réadapter ses structures», justifie Mohammed Horani, président de la CGEM. Il s’agit notamment de repenser la représentation des entreprises à la Chambre des conseillers et la mise en adéquation des structures avec les exigences de la régionalisation avancée. A ce titre, le patronat a décidé de mettre en place, durant le dernier conseil d’administration, la commission «Vision 2020», présidée par Hicham Chbihi. «Cette commission est chargée d’opérationnaliser de manière permanente les mesures que nous avons proposées dans le cadre de notre vision 2020». Dans son cahier des charges également, il est prévu d’émettre des propositions en vue de l’adaptation des statuts de la confédération patronale aux dispositions de la loi fondamentale. «Bien que cette mise à jour n’impliquera pas de grands changements, elle nous permettra de remédier à certaines anomalies constatées durant les dernières années».
En effet, ces déficiences sont surtout d’ordre organisationnel: «Casablanca ne dispose pas jusqu’à aujourd’hui de sa propre union régionale», révèle Horani. Du coup, pour bien des gens, le siège du patronat au quartier Palmier à Casablanca est assimilé à celui de l’union régionale de la CGEM. «Certains vont même jusqu’à confondre le président de la CGEM avec le président de l’union régionale alors que le patron des patrons est le président de toutes les régions», explique Horani. La CGEM va profiter du contexte de la nouvelle Constitution pour reconfigurer son fonctionnement en apportant des ajustements sur sa représentation au niveau des régions, voire des provinces. «Nous essayons de faire en sorte que chacune des régions ait sa propre union et que chacune chapeaute des représentations provinciales». En ce sens, le président de la CGEM précise qu’il faudra attendre l’adoption par le Parlement du rapport final de la commission consultative pour la régionalisation en vue de finaliser l’opération.
Le deuxième chantier est au moins aussi important: il concerne la représentation au sein de la Chambre des conseillers. La Constitution introduit une grande nouveauté concernant la deuxième chambre. Elle précise dans son article 69 que celle-ci sera constituée entre 90 et 120 sièges (une loi organique devra venir préciser le nombre exact des sièges prévus). 2/5 des sièges (soit 40%) seront élus dans chaque région par des collèges électoraux. Ces collèges seront composés «d’élus des Chambres professionnelles et des organisations professionnelles des employeurs les plus représentatives, et de membres élus à l’échelon national par un collège électoral composé des représentants des salariés», stipule la Constitution.Autrement dit, les organisations patronales, dont la CGEM, auront à partager entre 36 et 48 sièges (suivant le nombre retenu par la loi organique). Ces sièges seront répartis entre les 12 régions du pays. Ce qui donne au final l’équivalent de 3 ou 4 sièges par région à partager avec les autres membres des collèges électoraux. «Le problème qui se pose aujourd’hui est de savoir comment nous pourrons assurer la bonne représentativité des employeurs dans cette configuration, surtout qu’il faut prendre en compte tous les secteurs et toutes les catégories d’entreprises (TPE, PME, grandes entreprises, exportateurs…)».
Malgré tout, Horani rassure: «nous sommes aujourd’hui une entité unie et bien structurée. Cette opération ne devrait pas poser de problème particulier». Il prévient toutefois: «cette adaptation doit respecter la liberté d’action des unions régionales et des fédérations sectorielles». En outre, il précise que l’unicité du patronat est aujourd’hui un acquis inaliénable et qu’il est hors de question que cette unicité soit remise en cause.

Cotisations

LA question des arriérés revient de manière récurrente à chaque rencontre avec la presse. Car les cotisations sont aussi un indice de l’adhésion des entreprises à l’action de la confédération patronale. Pour le patron des patrons, l’ampleur des créances de la CGEM n’était pas aussi importante qu’on le pensait. Certains arriérés de paiement des cotisations dataient, pour certains, de 1995. Autant dire, irrécouvrables. «Nous avons même retrouvé des entreprises qui ont disparu et d’autres qui ont déclaré une cession d’adhésion mais qui existaient toujours dans les comptes», révèle Horani. «La décision prise par le patronat d’abandonner ces créances a permis de mettre un terme à cette fausse image de la réalité qu’on véhiculait à l’extérieur». Depuis, le président de la CGEM affirme que la situation est redevenue normale, même si le problème d’impayés de cotisations n’a pas disparu. Mieux, il y a un regain d’adhésion sur ce plan. «L’année 2010 a connu un engouement important en matière d’adhésions au point où l’on a atteint le même niveau que les années électorales».

A. N.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]conomiste.com
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc