×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Maroc Telecom: Compromis avec les syndicats

Par L'Economiste | Edition N°:3605 Le 29/08/2011 | Partager
Révision de la convention collective et revalorisation des salaires… les revendications
Une déclaration commune a été signée jeudi 25 août

Fin du bras de fer entre la direction de Maroc Telecom (IAM) et les représentants syndicaux. En effet, l’opérateur historique des télécommunications vient de signer une déclaration commune avec les syndicats les plus représentatifs (CDT et FDT). Le compromis intervient suite à une série de manifestations du personnel observées devant le siège social de l’opérateur durant les mois de mai et juin.
La déclaration signée se veut un préalable pour entamer une réflexion approfondie sur la situation des salariés, après l’étude du dossier des revendications. Un accord définitif devra être entériné au mois de novembre. «Le temps qu’il faut pour arriver à trouver un terrain d’entente», déclare Khalil Bensami, secrétaire général de la CDT à Maroc Telecom.
Dans le détail, les revendications portent essentiellement sur l’évolution des carrières, la mise en œuvre de nouvelles règles disciplinaires et l'amélioration des conditions matérielles et professionnelles des salariés. «Nous nous sommes mis d’accord avec le management pour négocier l’amélioration des revenus et la révision de certains articles de la convention collective ainsi que le régime disciplinaire», explique Khalil Bensami. Le syndicaliste annonce l’ouverture de tout un chantier pour examiner la situation du personnel souhaitant changer de catégorie.
Contacté par L’Economiste, Maroc Telecom confirme le retour à la normale après l’accord trouvé jeudi dernier. «C’est un mouvement injustifié. Les protestations avaient commencé avec les mouvements du printemps arabe…», tient-on à préciser.
D’habitude, les accords collectifs avec les syndicats se déroulent chaque année dans un cadre serein. Sauf que cette année, les tentatives de négociations ont été perturbées.
Au total, quatre grèves avaient été menées depuis le début de l’année. Le premier mouvement social a été enclenché le 19 mai dernier (24 heures). Il a été suivi d’une grève de 48 heures, les 25 et 26 mai.
Le 3e débrayage a eu lieu du 6 au 8 juin. Quant à la quatrième grève, elle a été observée du 27 au 30 juin. Dernier mouvement programmé, celui du 29 août. C’est ce dernier qui a été annulé suite à la signature de la déclaration commune. Chaque année, un accord est signé avec les syndicats. Mais depuis 2009, il y a un cadre et une plateforme de négociations, qui se basent sur le dispositif de la convention collective. Pour l’année en cours, un accord devait en principe être signé au mois de janvier. Sauf que les syndicats ont refusé de signer.
Côté centrales syndicales, l’on insiste sur la révision des statuts et la revalorisation des salaires. La convention collective suscite également de nombreuses attentes avec notamment la révision de certains articles.
Pour rappel, les différentes grèves ont coïncidé cette année avec une période très tendue sur le plan commercial. IAM a été bousculée par la concurrence. Après une baisse de 13% enregistrée au premier trimestre, les activités fixe et Internet clôturent la première moitié de l’année en repli de 11,2% à 3,8 milliards de DH. Le résultat opérationnel baisse de 12,3%. Globalement, les bénéfices de l’opérateur sont ressortis à 4 milliards de DH en retrait de 10,3%.

Etude

Le management de Maroc Telecom vient de commanditer une étude auprès d’un cabinet international. Objectif: analyser le volet rémunérations au sein de l’opérateur et le comparer aux niveaux de salaires du marché de l’emploi au Maroc. Les résultats de cette étude seront pris en compte dans les prochains pourparlers avec les représentants syndicaux pour une éventuelle revalorisation de la grille des salaires.

Intissar BENCHEKROUN

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc