×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Fès: Bientôt une P2I à Ras El Ma

Par L'Economiste | Edition N°:3542 Le 01/06/2011 | Partager
Le projet prévoit une zone franche et un port sec
450 hectares et un investissement de l’ordre de 3 milliards de DH

Toutes les zones industrielles (ZI) de Fès sont saturées. C’est ce qui fait que les investisseurs trouvent «difficilement» place dans la région. Fraîchement aménagée par Al Omrane, la ZI d’Ain Chkef dispose en effet de quelques dizaines de lots. Seul bémol, ici, le prix du mètre carré est jugé trop élevé. Il est fixé à 700DH. Ce qui n’encourage pas les industriels. A cet égard, Driss Guessous, opérateur dans l’agroalimentaire, tout comme M’hamed Skali, textilien, déplorent l’absence d’une politique industrielle à court et moyen termes. Pour eux, le prix du terrain industriel reste très cher (700DH/m2). D’autres part certaines usines nécessitent une grande superficie mais, malheureusement, cette taille de terrain n’est pas disponible surtout au sein de la ville. D’où l’idée d’un autre opérateur d’encourager l’investissement dans les zones rurales pour stopper à la fois l’exode rural, encourager l’emploi et doter les industriels de superficies appropriées. Ce choix mériterait des taxes réduites, estime t-il. Et pour remédier à tout cela, l’Agence spéciale TangerMed, TMSA, va réaliser une Plateforme industrielle intégrée (P2I) à Ras El Ma. L’affirmation est d’Ahmed Réda Chami. Le ministre de l’Industrie a également annoncé dans la foulée la création d’une zone franche au sein de la future P2I. Mais pour être éligible à la zone franche, les entreprises doivent s’engager à satisfaire plusieurs conditions dont la garantie de l’exportation d’au moins 85 % de leur production annuelle. Selon le ministre, cette zone sera en grande partie dédiée à l’industrie du textile dont les entreprises sont positionnées à l’export. L’intervention de TMSA repose sur le futur port sec et la liaison ferroviaire directe, qui sera réalisée entre Ras El Ma et Tanger Med. Ce qui permettra un acheminement direct des articles réalisés vers les donneurs d’ordres en Europe. D’une superficie totale de plus de 450 ha, la P2I de Ras El Ma nécessitera pas moins de 3 milliards de DH. «Ce montant ne tient pas compte du coût d’acquisition du terrain et du hors site», précise un responsable du centre régional d’investissement. Le projet comprend une zone d’activité industrielle I, une zone d’activités industrielles II contenant un port sec, un parc logistique, et une zone de services. L’aménageur prévoit aussi la construction d’unités prêtes à l’emploi (150.000 m²) pour quelques 600 millions de DH. Dans une première étape, il sera procédé à l’aménagement d’une ZI, un parc logistique, un port sec, et une zone de services de contenant : hôtel, restaurants, clinique, pompe à essence, banques, etc.
Côté emploi, TMSA se base sur les statistiques de Tanger free zone qui font état de 475 entreprises créées en 10 ans sur 200 ha, plus de 600 millions d’euros d’investissement, et 47.000 emplois créés. Le chiffre d’affaire total réalisé par les entreprises de TFZ est de l’ordre de 1,5 milliard d’euros.Par ailleurs, le ministre de l’Industrie compte introduire un projet de loi au parlement, afin d’augmenter le pourcentage de la partie qui pourra avoir le statut de zone franche au niveau des PII. «Ainsi, au lieu d’une répartition de 85-15%, le projet de loi pourrait offrir un pourcentage de 65-35%, atteignant plus du tiers pour la zone franche», a expliqué Chami qui a annoncé au passage l’ouverture de Fès Shore en mars prochain et la création prochainement d’une antenne de l’Iscae à Fès.


Gestion


Selon le montage du projet, la gestion de la zone sera confiée à la TFZ (Tanger free zone) qui prévoit, à l’aide des autorités, la mise en place d’un guichet unique permettant de faciliter l’installation des investisseurs. Vu l’expérience de la TFZ, le promoteur estime commercialiser 20ha/an. «Une réflexion peut être menée pour donner à cette zone le statut de zone franche». Le promoteur présente une offre commerciale complète répondant à l’ensemble de la demande: soit par des terrains entièrement viabilisés à la vente ou à la location, ou des bâtiments prêts à l’emploi à la location, et des bâtiments sur mesure à la location avec option achat.


De notre correspondant,
Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc