×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Marché automobile
Les distributeurs tablent sur 70.000 immatriculations en 2005

Par L'Economiste | Edition N°:1942 Le 20/01/2005 | Partager

. La Logan, prévue pour mi-2005, devra booster les ventes. Près de 55.000 unités écoulées en 2004. Les importateurs réunis hierBon crû 2004 pour le marché automobile. En un an, le secteur aura connu une hausse de 10,3%, soit 54.928 véhicules vendus (voitures particulières et utilitaires confondues). A lui seul, le créneau des voitures de tourisme a réalisé une progression de près de 28%, selon les statistiques de l’Association des véhicules importés montés (Aivam). Quant aux utilitaires, ils ont accusé une importante baisse de 32%. Pour Mohammed Larhouati, président de l’Aivam, “le marché a témoigné d’une évolution particulière dans le créneau de l’importé monté qui s’affirme de façon plus nette.La raison en est, souligne-t-il, que l’offre de l’import correspond parfaitement aux besoins de la clientèle. Autre explication: la réduction des droits de douane sur l’importé monté. A noter que la baisse des droits de douane pour les produits en provenance de l’UE a été enclenchée en 2003. L’accord prévoit une réduction annuelle de ces droits avant leur annulation en 2012. Ainsi, depuis mars 2003, les droits sur les véhicules importés de l’UE s’élèvent à 32,5%. Une baisse annuelle de 3% est programmée jusqu’en 2008. Sur la période allant de 2009 à 2012, elle devra passer à 15% par an jusqu’à l’annulation. L’effet droits de douane a été conjugué, en 2004, à la baisse du yen et du dollar, estime le président de l’Aivam. Selon lui, les importations en provenance du Brésil et de la Corée du sud (en dollar) ainsi que celles en provenance du Japon (en yen) sont les principales bénéficiaires de l’effet devises. “Ceci confirme ce que l’Aivam a toujours sollicité, notamment la mise en adéquation entre le pouvoir d’achat et le prix du véhicule”, rappelle Larhouati. Le souhait des professionnels est d’aller vers une baisse plus prononcée en termes de droits de douane. “Et il y aura du répondant côté marché”, estime un concessionnaire. L’Aivam estime que c’est la solution au rajeunissement du parc national. Pour l’heure, l’optimisme est de mise. Les professionnels espèrent que ce trend haussier se poursuivra en 2005. Pourvu que le yen et le dollar gardent leur niveau actuel. A l’heure où nous mettions sous presse, se déroulait une réunion des principaux importateurs du marché. Objectif, dresser le bilan 2004 et arrêter les prévisions pour l’année en cours.Globalement, les ventes devront, selon la profession, croître inéluctablement dans les années à venir, compte tenu de l’effet démantèlement tarifaire pour les produits en provenance de l’UE. Les concessionnaires s’attendent en 2005 à 65.000, voire 70.000 immatriculations tous segments confondus. L’avènement de la Logan ainsi que les efforts sur les prix (parfois pratiquement alignés sur ceux européens) devront contribuer à dépasser la barre des 50.000 unités.Par marque, c’est Renault qui caracole en tête des ventes en 2004. La marque au losange a vendu 10.239 voitures particulières, soit une variation de presque 87% de plus qu’en 2003. A l’origine de cette croissance, les ventes réalisée par la gamme Mégane. En 2005, Renault Maroc table sur une nouvelle croissance grâce à la production et commercialisation de la Logan. Rappelons que le lancement de la voiture low cost au Maroc est prévu pour juin prochain. Naturellement, la seconde place sur le marché est revenue à la marque au lion. A fin décembre 2004, Peugeot a réalisé 8.203 ventes de voitures particulières contre 5.150 une année auparavant, soit une hausse de près de 60%. Un niveau attribué principalement à la 307, mais également à la nouvelle 407 et au renouvellement de la gamme. En troisième position vient Toyota. La marque nipponne a réalisé une bonne année grâce notamment à l’effet yen, mais également à sa gamme de nouveaux modèles (Corolla et Corolla Verso ainsi que le Prado). Toyota a enregistré 4.714 immatriculations de voitures particulières contre 2.915 en 2003.La marque aux chevrons arrive juste après avec quelque 4.021 ventes et une progression de 43,5%. Selon le directeur de la marque, l’avènement de la C4 ainsi que la nouvelle C5 devront booster les ventes en 2005 et permettre de reconquérir la 3e position sur le marché.Les Allemandes occupent également une bonne position, la 5e, avec Volkswagen. La marque a pu écouler 3.923 unités contre 2.575 en 2003. Les ventes sur la Passat, les nouvelles Golf et Polo Classic, ainsi que la gamme Brésil y sont pour quelque chose.Le souhait des professionnels est d’aller vers une baisse plus prononcée en termes de droits de douane. “Et il y aura du répondant côté marché”, estime un concessionnaire. L’Aivam estime que c’est la solution au rajeunissement du parc nationalAmin RBOUB

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc