×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Les compléments diététiques d’Asie dangereux

Par L'Economiste | Edition N°:1918 Le 16/12/2004 | Partager

. Ils contiennent des niveaux de plomb et d’arsenic Des niveaux potentiellement dangereux de plomb, de mercure et d’arsenic ont été découverts dans une dizaine de traitements médicinaux à base de plantes importés aux Etats-Unis et provenant d’Asie du Sud-Est, selon une étude publiée mardi par des scientifiques américains. Sur 70 produits, fabriqués selon la médecine ancestrale d’origine indienne, Ayurveda,  analysés par ces chercheurs, 14 (20%) avaient des teneurs en plomb, mercure ou arsenic bien supérieures aux limites fédérales. Les chercheurs ont entrepris leur étude après que des cas d’empoisonnement au plomb eurent été signalés aux centres fédéraux de contrôle et de prévention des maladies infectieuses de 2000 à 2003. Toutes ces personnes prenaient un de ces traitements ayurvédiques. L’équipe de médecins a comparé les doses quotidiennes de ces traitements ayurvédiques recommandées par leurs fabricants aux normes fédérales s’appliquant à ces métaux lourds pour évaluer les risques potentiels d’empoisonnement. Certains traitements ayurvédiques utilisent des métaux lourds mélangés à des extraits de plantes pour soigner notamment l’arthrite et le diabète. Ils sont vendus aux Etats-Unis dans les chaînes de magasins de produits diététiques et des épiceries indiennes. Les 14 produits potentiellement dangereux sont fabriqués par onze firmes toutes situées en Asie du Sud-Est, ont précisé ces chercheurs dans un article paru dans la revue médicale JAMA, “Journal of the American Medical Association”, datée du 15 décembre. Selon eux, “les autorités de la santé publique et les organisations communautaires devraient envisager de publier des mises en garde pour les utilisateurs de ces traitements, rappelant que les produits diététiques ne sont pas réglementés comme des médicaments aux Etats-Unis. Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc