×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

La SCR compte toujours sur la cession légale

Par L'Economiste | Edition N°:1819 Le 26/07/2004 | Partager

. La part des primes obligatoires représente 58% du chiffre d’affaires de la société . Les affaires conventionnelles ont progressé de 10,36% en 2003L’activité de la Société centrale de réassurance (SCR) est toujours dominée par la cession légale. Le rapport d’activité de la filiale de la CDG pour l’année 2003, démontre en effet, que les affaires légales couvrent 58% du chiffre d’affaires (CA) de la société, soit une baisse de 1,96% par rapport à l’année dernière (61%). «Une part qui témoigne de la fragilité de notre réassureur national», commente un expert de l’assurance. Selon lui, les chiffres du rapport d’activité, même s’ils démontrent une nette amélioration des affaires contractuelles, qui sont passées de 31% en 2002 à 37% en 2003, présentent toujours un risque pour cette entité. Il convient de signaler à cet effet qu’en vertu d’une convention signée avec l’Etat et qui prend fin en 2005, les compagnies d’assurance cèdent 10% de leur portefeuille à la SCR. «L’un des scénarii envisageables pour les prochaines années, serait de diminuer graduellement la part de cession légale. C’est l’exemple de la France qui a réussi à effacer ce procédé sans que leur réassureur national ne soit lésé», explique cet expert. Au Maroc, poursuit-il, il y a de fortes chances pour que la cession légale disparaisse d’ici 2010. «Elle passera a fortiori à 5% des portefeuilles des assureurs dans les deux prochaines années», affirme-t-il. La SCR a par ailleurs enregistré un volume de primes de 2,069 milliards de DH en 2003, soit une progression de 2,82% par rapport à l’exercice précédent. Les affaires légales se sont établies à 1,2 milliard de DH, accusant une diminution de 1,96%. Cette baisse s’explique principalement, selon le management de la société, par le recul de la branche Vie, suite au rapatriement de la CIMR de la partie capitalisation. Le résultat net de rétrocession s’est ainsi détérioré en 2003, pour clôturer sur un déficit de 68,6 millions de DH, contre un bénéfice de 28,52 millions, une année avant. Et ce, «en raison de la sinistralité de masse de la branche Accidents corporels ainsi que des sinistres survenus en Aviation et vol», explique le rapport d’activité de la société. Les affaires conventionnelles ont progressé de 10,36%, s’établissant à 862 millions de DH. Les affaires étrangères ont pour leur part enregistré une baisse, passant à 5% en 2003 (8% en 2002). Les revenus de placement, hors intérêts sur dépôts auprès des cédantes et cessions d’immobilisations, s’élèvent à 383,7 millions de DH, soit une hausse de 3,55% par rapport à 2002. Le bénéfice net dégagé au titre de l’exercice 2003 s’établit quant à lui à 220,2 millions de DH contre 208,3 millions une année avant, soit une amélioration de 5,70%. Naoufal BELGHAZI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc