×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    La réduction des quotas des pulls chinois pose problème

    Par L'Economiste | Edition N°:2082 Le 09/08/2005 | Partager

    . Les Britanniques craignent une possible pénurie cet hiver LES Britanniques, amateurs de lainages, s’inquiètent d’être privés de nouveaux pull-overs cet hiver, alors que le quota d’importation de certains textiles chinois dans l’UE a été dépassé. “Le quota est déjà atteint” pour les pull-overs, cardigans et autres gilets de laine, et des millions d’entre eux sont bloqués sur des bateaux dans des ports d’Europe ou d’Asie, a indiqué à l’AFP une porte-parole de l’Association de l’industrie britannique du vêtement.Selon les données du British Retail Consortium (BRC), la valeur totale des marchandises en attente d’entrée dans l’UE s’élève à 30 millions de livres (43 millions d’euros).“Les vêtements vont manquer dans les rayons des magasins” si leur entrée dans l’UE n’est pas autorisée, anticipe Alastair Gray, du bureau du BRC à Bruxelles. Il remarque que le problème “ne touche pas seulement le Royaume-Uni, mais toute l’Europe”. Les vêtements en question devaient être livrés à la plupart des grands distributeurs européens, a-t-il indiqué, ajoutant qu’en Grande-Bretagne seule, 15 distributeurs étaient affectés.L’UE et la Chine ont négocié en juin un accord à l’amiable modérant, jusqu’à fin 2007, l’entrée de certains vêtements sur le marché européen. Une source européenne a cependant indiqué cette semaine à l’AFP qu’une solution au problème des pull-overs était en vue, consistant à anticiper une partie des quantités à importer en 2006.En attendant cette éventuelle solution, “c’est un problème qui touche tous les gros distributeurs mais aussi les groupes qui importent des vêtements pour les vendre en gros”, a expliqué à l’AFP Ralph Kamphöner, de l’organisation EuroCommerce, basée à Bruxelles. L’affaire nuit également aux consommateurs qui auront un choix limité et des prix plus élevés.Synthèse L’Economiste   

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc