×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Criquets: Mobilisation générale

Par L'Economiste | Edition N°:1818 Le 23/07/2004 | Partager

. Réunion à Alger de neuf pays africains . Aide internationale requise d’urgence L’invasion du criquet pèlerin est extrêmement alarmante en Afrique du Nord et de l’Ouest. Face à cette recrudescence, les pays africains devraient se réunir mardi prochain à Alger pour trouver une solution, a annoncé le ministère algérien de l’Agriculture. Cette réunion regroupera des représentants de neuf pays de la région (Maroc, Algérie, Libye, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal, Tchad et Tunisie). Et aura pour but de définir une stratégie commune de lutte et prévention contre le criquet pèlerin, qui constitue une grande menace pour les récoltes de ces pays.Au Maroc, la situation est alarmante. Selon le dernier bilan arrêté par le Poste central de coordination de la lutte antiacridienne (PCCLA), quelque 106.000 hectares sont en moyenne quotidiennement ravagés depuis le 30 juin. Près de 28 avions marocains et étrangers sont affectés à la lutte contre cette invasion. Cependant, ils ne peuvent traiter que près de 70.000 hectares par jour. Plusieurs régions de l’est du Maroc, notamment les alentours des villes de Bouarfa, Oujda, Errachidia, Ouarzazate, Tata et Guelmin, ont été envahies par des essaims et des larves de criquet pèlerin, précise le PCCLA. De nouvelles infestations sont attendues en provenance de l’Algérie. Selon le ministère algérien de l’Agriculture, la menace acridienne a été contenue en Algérie par le traitement de quelque 2,4 millions d’hectares, mais le risque persiste à l’approche de l’automne.La Mauritanie a pour sa part lancé dimanche dernier un appel pressant à l’aide internationale pour faire face à un «début d’invasion généralisée» de son territoire par le criquet pèlerin. Elle estime que l’invasion du pays par des dizaines d’essaims descendus du Maghreb vers le Sahel nécessite la mobilisation de tous pour éviter une catastrophe.De son côté, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a sonné l’alarme à maintes reprises.Début juillet, la FAO avait annoncé que les premiers essaims de criquets pèlerins s’étaient déplacés de leurs aires de reproduction printanière, dans le nord-ouest de l’Afrique, vers plusieurs pays du Sahel, en particulier la Mauritanie, le Sénégal et le Mali et, dans une moindre mesure, vers le Niger et le Tchad.Alors que les pluies d’été ont déjà commencé au Sahel, les pontes devraient probablement avoir lieu dans une vaste zone s’étirant de la côte Atlantique en Mauritanie jusqu’au Tchad. Zone qui pourrait s’étendre au Darfour, à l’ouest du Soudan. «Une augmentation spectaculaire des criquets pourrait menacer les cultures lors des prochains mois», souligne la FAO, qui lance un appel pour une aide internationale supplémentaire d’urgence afin d’éviter une invasion généralisée. L’Organisation a reçu des promesses concernant 9 millions de dollars d’aide d’urgence. La FAO a contribué à hauteur de près de 2 millions de dollars sur ses propres ressources. Les bailleurs de fonds ont apporté 7 millions de dollars. En outre, chaque pays touché a contribué, de manière substantielle, à la campagne antiacridienne. Afin de mieux répondre aux urgences futures, un soutien à plus long terme est nécessaire. A noter que la recrudescence acridienne actuelle est la plus grave depuis la dernière invasion de 1987-89. En raison de la taille et du nombre des infestations acridiennes actuelles, la lutte ne peut être menée efficacement qu’avec les pesticides conventionnels. Plus de 4 millions d’hectares ont été traités jusqu’ici en Algérie, Maroc, Tunisie, Libye et Mauritanie. Rappelons qu’il a fallu plusieurs années de lutte et plus de 300 millions de dollars pour venir à bout de la dernière invasion du criquet pèlerin, en 1987-1989. Des opérations de lutte avaient été menées dans 28 pays. «Au Maroc, quelque 106.000 hectares sont en moyenne quotidiennement ravagés depuis le 30 juin. De nouvelles infestations sont attendues en provenance de l’Algérie«Nadia DREF

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc