×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Assurances: Une hausse des primes en vue

Par L'Economiste | Edition N°:1660 Le 11/12/2003 | Partager

. Les tarifs de la réassurance ont augmenté à nouveau. Leur hausse se traduira par 1% de plus dans les primesLes assureurs l’avaient déjà répété à l’envi en ce début d’année: l’augmentation des tarifs de réassurances pour les renouvellements 2004 pourrait se répercuter dès l’année prochaine sur les primes d’assurances (voir www.leconomiste.com). Et cela parce que “le secteur supporte depuis 2001 des augmentations successives sans pour autant les traduire dans les prix”, souligne un actuaire de la place. Et d’ajouter que “cette année, la hausse des primes devient nécessaire pour préserver l’équi-libre financier de certaines branches”. Sans quoi, en raison du tarissement des produits financiers sur les trois dernières années, les assureurs pourraient limiter considérablement l’offre sur certains risques.Le sujet est à nouveau sur toutes les lèvres, puisque “les premières propositions des prix de réassurance que viennent de recevoir les compagnies laissent apparaître des hausses considérables”, confie un as-sureur. Nombre de ses confrères estiment que l’augmentation des tarifs de réassurances pourrait passer inaperçue dans les primes de la clientèle. En effet, “une augmentation de l’ordre de 10 à 15% des renouvellements pour l’année 2004, n’impliquerait qu’une hausse d’environ 1% des tarifs clients, notamment pour les particuliers”, explique ce même assureur. Et la hausse ne concernerait finalement pas toutes les branches.Qu’est-ce qui expliquerait cette nouvelle flambée des prix de la réassurance? “Si l’offre de couverture existe, elle l’est désormais à des prix d’équilibre calculés sur la base des risques effectifs”, explique un assureur. Et d’ajouter que “la hausse se justifie par la diminution des produits issus de la gestion financière, qui ne couvrent plus les rabais accordés par rapport aux prix techniques”. En effet, la morosité des marchés boursiers mondiaux pèse lourdement sur les rendements des portefeuilles, et les moins-values constatées plombent les finances des réassureurs. Elle les contraint à des augmentations successives de capital. Toutefois, les tarifs de la réassurance diffèrent d’une compagnie à une autre. Ils sont déterminés en fonction du taux de sinistralité et des couvertures accordées, dont le niveau est désormais plafonné. Et cela car beaucoup d’opérateurs ont trébuché sur des méga-risques dont ils ont dû supporter la facture: catastrophes naturelles en Europe, attentats terroristes aux Etats-Unis, guerre du Golfe… En 2002, suivant la nature des risques des portefeuilles apportés en réassurance ou encore les garanties accordées, les réassureurs européens ont tous relevé leur prix. Les hausses ont été de l’ordre de 8,4% pour les traités non proportionnels, hors catastrophes naturelles, de 3% pour les traités non proportionnels relatifs aux catastrophes naturelles et de 7,4% pour les traités proportionnels. Les augmentations par branche ont été de 11,6% pour la responsabilité civile, de 7,4% pour l’automobile et de 6,4% côté dommages aux biens, y compris les catastrophes naturelles. Pour exemple, la hausse de 7,4% de l’automobile a impliqué sur le vieux continent des hausses moyennes de 0,75% pour les particuliers.


Premières propositions

Pour les renouvellements 2003, l’augmentation tarifaire des majors mondiaux de la réassurance pourrait se chiffrer en moyenne à plus de 10%. La presse économique étrangère estime que les hausses prévues en 2004 atteindraient plus de 7% pour les compagnies d’assurances européennes, tandis leurs consoeurs américaines devront en supporter plus de 10%. Il est encore tôt pour avancer un chiffre concernant le Maroc, puisque les assureurs viennent de recevoir les premières propositions de prix des renouvellements. Ces mêmes compagnies ont vu le coût de réassurance de leurs portefeuilles accroître de 19% pour 2003. Une année auparavant, la profession avait déjà enregistré une hausse de près de 8% . Bouchaib El Yafi

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc