×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    3% de la population mondiale atteints d'hépatite C

    Par L'Economiste | Edition N°:911 Le 07/12/2000 | Partager

    Une récente étude a été menée par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) sur la maladie de l'hépatite C ou le VHC. L'OMS estime que 170 millions de personnes environ (soit 3% de la population mondiale) sont porteuses chroniques du VHC. Entre 3 et 4 millions de personnes sont infectées chaque année. La prévalance des infections dans certains pays d'Afrique, de Méditerranée orientale, d'Asie du Sud-Est et du Pacifique occidental est élevée par rapport aux pays d'Amérique du Nord et d'Europe. A noter que cette maladie se transmet principalement par contact direct avec du sang humain. La contamination peut se produire lors de la transfusion de sang qui n'a pas été soumis à un dépistage, mais aussi par la réutilisation d'aiguilles, seringues et tout autre matériel médical mal stérilisé. Il peut également y avoir transmission périnatale ou par voie sexuelle, mais ces cas sont moins fréquents. Il existe encore d'autres moyens de contamination qui peuvent être importants, par exemple, lors de certaines pratiques sociales ou culturelles ou certains comportements (percement du lobe des oreilles ou d'autres parties du corps, circoncision, tatouage...). En revanche, le VHC ne se transmet ni par les éternuements, les accolades, la toux, l'eau ou les aliments, ni par l'utilisation commune de la vaisselle ou lors des contacts sociaux ordinaires. Dans les pays développés comme ceux en développement, les groupes à haut risque sont les consommateurs de drogues injectables, les transfusés, les hémophiles et malades sous dialyse. L'infection devient chronique chez environ 80% des malades nouvellement contaminés. Entre 10 et 20% des porteurs chroniques font une cirrhose qui, dans 1 à 5% des cas, évolue à son tour en cancer du foie au bout de 20 à 30 ans. M. K.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc