×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Vaccins: Le Sénégal s’apprête à lancer une commande à la Chine

Par L'Economiste | Edition N°:5925 Le 14/01/2021 | Partager
covid-afrique-025.jpg

Le Sénégal est en discussion avec la Chine pour l’acquisition de 200.000 doses de vaccin contre le Covid-19, en plus de celles qu’il recevra par le programme international Covax, en vue d’une campagne qui visera initialement 20% de sa population, selon les autorités. «Dans un premier temps nous attendons les vaccins de l’initiative Covax», explique le ministre de la Santé Abdoulaye Diouf Sarr dans une vidéo sur les réseaux sociaux, «mais nous sommes aussi en discussion avec la partie chinoise pour acquérir des vaccins Sinopharm». «Le nombre de 200.000 doses est avancé, c’est en tout cas la base de travail», ajoute-t-il. L’idée est de «très prochainement acquérir ces doses pour commencer la vaccination», ajoute-t-il. Le ministre n’évoque pas d’échéance. Une stratégie nationale de vaccination devait être remise ce mercredi au président Macky Sall. Covax est un dispositif mis en place par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et l’Alliance pour les vaccins (Gavi) pour distribuer des vaccins anti-Covid aux pays défavorisés. L’objectif de l’OMS est de fournir suffisamment de doses pour vacciner jusqu’à 20% de la population des pays participants avant la fin de l’année. L’OMS espère envoyer les premiers vaccins fin janvier ou en février. Le laboratoire public chinois Sinopharm a revendiqué un taux d’efficacité de 79,43% pour le vaccin mis au point par sa filiale China National Biotec Group (CNBG), un chiffre inférieur à ceux annoncés par ses concurrents américains Pfizer/BioNTech et Moderna. Le Sénégal, relativement préservé comme de nombreux pays d’Afrique, fait face à une deuxième vague de la pandémie qui met à l’épreuve le système sanitaire de ce pays jeune mais pauvre. Il a déclaré plus de 21.000 cas de contamination et 480 décès.

 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc