×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Chine: La croissance au beau fixe… de quoi faire des jaloux

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5920 Le 06/01/2021 | Partager
Le yuan robuste, animé par de bonnes perspectives
La recette est facile: Mesures de confinement, stricts contrôles, port du masque…

Voici une autre nouvelle de la Chine. Cette fois-ci, elle est liée à l’état de la santé de la monnaie chinoise qui s’est affichée mardi 5 janvier à son plus haut niveau depuis plus de deux ans face au dollar. Le yuan est animé par les perspectives de croissance en Chine alors que l’économie mondiale reste plombée par la pandémie Covid-19.

chine-argent-020.jpg

Pour les économistes, «L’appréciation du yuan reflète la résilience de l’économie chinoise face à la pandémie mais aussi face à la guerre commerciale… » (Ph. AFP)

Cette dynamique est aussi à mettre sur le compte de la dépréciation généralisée du dollar face à d’autres devises (cas de l’euro et le yen), selon certains économistes. Le yuan n’est pas entièrement convertible et la banque centrale du pays fixe chaque jour un taux pivot, de part et d’autre duquel elle autorise une fluctuation de plus ou moins 2%.

Mardi dans la matinée heure de Pékin, la devise cotait 6,4381 pour un dollar, en hausse de 0,34% par rapport à la veille. Il s’agit de son niveau le plus haut depuis juin 2018, juste avant le début des hostilités commerciales lancées par les Etats-Unis contre la Chine.

L’administration Trump avait accusé par le passé Pékin de sous-évaluer sa monnaie afin d’en tirer un avantage commercial indu. Mais elle a finalement retiré ce pays de sa liste noire des Etats manipulateurs il y a tout juste un an, juste avant la signature d’une trêve commerciale bilatérale.

L’excédent commercial de la Chine avec les Etats-Unis a toutefois battu tous ses records en novembre (+52% sur un an), avec une forte demande d’équipements médicaux made in China, notamment des masques, en pleine pandémie.

Premier pays touché par le nouveau coronavirus fin 2019, la Chine est aussi le premier à avoir redémarré son activité (voir aussi notre édition N° 5870 du 22/10/2020). La recette est facile: stricts contrôles des déplacements, port du masque généralisé, mesures de confinement et applications de traçage pour téléphone portable… Le géant asiatique restera de ce fait la locomotive de la reprise mondiale. Ceci au moment où les principales grandes économies dont les Etats-Unis restent pénalisées par la crise sanitaire et économique.

«Bien que le redressement de la Chine ait été plus rapide qu’attendu, la longue ascension de l’économie mondiale vers des niveaux d’activité comparables à ceux d’avant la pandémie demeure exposée à des revers», avait indiqué le FMI dans ses perspectives de l’économie mondiale (Octobre 2020). De 1,9% en 2020, le taux de croissance en Chine devrait atteindre 8,2% en 2021, selon ses projections.

Pour le Fonds monétaire international, Pékin a contribué au redressement du commerce mondial en juin sur fond de levée des mesures de confinement. Ses exportations se sont remises des lourdes chutes du début de l’année, «à la faveur d’un redémarrage plus précoce de l’activité et d’une forte hausse de la demande extérieure d’équipement médical et de matériel facilitant le passage au télétravail».

                                                           

Les places financières se portent bien

Les places financières chinoises ont progressé mardi 5 janvier, restant optimistes sur la reprise économique. Effaçant leurs pertes de la matinée, l’indice Hang Seng de Hong Kong a finalement gagné 0,64% à 27.649,86 points, l’indice composite de Shanghai est monté de 0,73% à 3.528,68 points et celui de Shenzhen de 1,5% à 2.422,34 points. Les investisseurs en Chine ont aussi apprécié le revirement de l’opérateur de la Bourse de New York, qui a renoncé lundi à retirer de la cote trois sociétés de télécoms chinoises. D’autre part, la Bourse de Londres a évolué en hausse mardi en début de séance (+0,41%), malgré le nouveau confinement strict mis en place en Angleterre pour enrayer la propagation rapide du virus. Dans la matinée tôt, l’indice FTSE-100 des principales valeurs prenait 26,78 points à 6.598,66 points. De son côté, la Bourse de Paris évoluait en légère hausse de 0,12% dans les premiers échanges mardi, après avoir ouvert en baisse, attendant le début des élections pour le Sénat américain dans l’Etat de Géorgie.

F.Z. T.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc