×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Feu vert au mariage de Peugeot et Fiat

Par L'Economiste | Edition N°:5920 Le 06/01/2021 | Partager

Les actionnaires de PSA et Fiat Chrysler (FCA) ont plébiscité leur union. Un mariage franco-italo-américain destiné à atteindre une taille critique sur un marché automobile en pleine révolution. L’union PSA-FCA va donner naissance à Stellantis, quatrième groupe automobile mondial en termes de véhicules vendus et troisième en chiffre d’affaires derrière le japonais Toyota et l’allemand Volkswagen.  Après le vote des actionnaires du français PSA lundi 4 janvier dans la matinée, les actionnaires de l’italo-américain FCA leur ont emboîté le pas dans l’après-midi. L’union sera effective le samedi 16 janvier, ont précisé les deux groupes. Stellantis sera coté à partir du lundi 18 à Paris et à Milan et sur le New York Stock Exchange à partir du mardi 19. Il comptera plus de 400.000 salariés et abritera dans le même garage 14 marques emblématiques et très différentes comme Citroën et Maserati (déjà brièvement mariées il y a 50 ans), Fiat et Opel, Peugeot et Alfa Romeo, Chrysler, Dodge ou Jeep. Le vote des actionnaires scelle une union envisagée depuis 2018, annoncée fin 2019, et dont la préparation a été ralentie par la crise du coronavirus. Fin décembre, la Commission européenne a donné son feu vert au mariage, sous condition que les deux groupes respectent les engagements pris pour préserver la concurrence dans les petits utilitaires. Ils avaient auparavant amendé leur contrat pour que leur union reste un mariage entre égaux, alors que la pandémie a affecté leurs comptes. PSA et Fiat estiment que les synergies permettront d’économiser à terme jusqu’à 5 milliards d’euros par an. Les gouvernements français et italien «veilleront cependant à ce que Stellantis contribue également à l’emploi industriel en Italie et en France», ont déclaré le ministre français de l’Economie Bruno Le Maire et son homologue italien Stefano Patuanelli, dans un communiqué conjoint.

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc