×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Contre l’oubli, une anthologie de l’art des Rways

Par Amine BOUSHABA | Edition N°:5911 Le 23/12/2020 | Partager
Un coffret de 10 albums réunissant 100 titres enregistrés accompagnés de 3 livrets, en arabe, français et anglais
Un travail de deux ans et la collaboration de 80 artistes, de chercheurs, musicologues, techniciens…
fatima-tihihit-011.jpg

fRayssa Fatima Tihihit Mzin, lors de l’enregistrement de l’anthologie. Elle est aujourd’hui l’une des représentantes de cette nouvelle vague qui perpétue la tradition tout en inscrivant l’art des Rways dans son époque (Ph. Hamza Abbal)

Troubadours, poètes, chanteurs, chroniqueurs de la vie quotidienne, politique et sociale…  Les Rways ont de tout temps battu les campagnes du Haut-Atlas occidental, de l’Anti-Atlas et du Souss, là où la musique a toujours joué un rôle capital dans la vie sociale et rituelle des populations amazighes.

Accompagnées de la vièle ribab, de  lutâr et de quelques percussions, ces troupes chantaient l’amour, la beauté de la nature ou le respect de Dieu, mais aussi les préoccupations de l’époque, parmi lesquelles la volonté d’indépendance, les bouleversements sociaux, la douleur de l’émigré éloigné de sa terre natale ou encore les nouvelles aspirations de la jeunesse…

Combinaisons de danses, de musiques non écrites et de chants profanes ou religieux, portés par des poèmes d’une extraordinaire diversité et d’une rare qualité, ce patrimoine a traversé, contre vents et marées, les époques, accompagnant les Amazighs dans leurs pérégrinations et migrations à travers les villes du Royaume ou même à travers l’Europe.

Un langage musical ancestral, qui s’est transformé au gré des époques et des espaces dans lequel il évolue. Un genre musical s’est progressivement construit porté par une première génération dont Lhajj Belaid, poète et interprète iconique du début du XXe siècle, est le témoin et représentant.

Les anciens ont vu se développer des tendances et de nouvelles techniques et figures, dont l’intégration des femmes qui, à leur tour, se professionnalisent et investissent progressivement le champ de la création musicale. Un corpus musical exceptionnel qui aurait été voué à s’éteindre si aucun travail de préservation et de revalorisation n’est pas réalisé. C’est désormais chose faite.

art-des-rways-011.jpg

Considéré comme un virtuose du ribab, qu’il a amélioré en y ajoutant une corde, Rayss Lahcen Belmouden, représentant l’ancienne garde, a accompagné les plus grands maîtres tels que Haj Omar Ouahrouche, Mohamed Agourram, Rayss Jilali, Rayss Lahoucine Biâbich… (Ph. Chadi Ilyass)

L’Anthologie «Rways, Voyage dans l’univers des poètes chanteurs itinérants amazighs», vient de paraître comme un témoin de la richesse du patrimoine marocain résistant à la vague d’une culture pop globalisante. L’auteur, Brahim El Mazned, activiste culturel reconnu de la place, a déjà à son actif une anthologie de l’art de la Aïta réalisée en 2017. 

Produit par l’association Atlas Azawan et accompagné par la structure culturelle Anya, son dernier ouvrage est le fruit de deux années de minutieux travaux de recherche et de centaines d’heures d’enregistrement, mixage et mastering qui ont été nécessaires pour rassembler dans un ouvrage de qualité les morceaux les plus significatifs des répertoires anciens mais également des nouveaux ambassadeurs de la musique Rways.

                                                                      

Un bel objet

art-des-rways-011.jpg

Présenté sous la forme d’un coffret de 10 albums réunissant une sélection de 100 titres enregistrés par plus de 80 artistes, au studio Hiba à Casablanca. Ils sont accompagnés de 3 livrets de 120 pages, en arabe, français et anglais développant plusieurs thématiques dont les origines de la musique des Rways, son histoire et son évolution dans le temps, les différents rythmes… ainsi que les biographies des principaux Ṛways et Tarwaysin (femmes) issus de cette culture.

Les livrets didactiques permettront au lecteur de découvrir et s’instruire sur ce patrimoine musical marocain. L’expérience d’écoute des enregistrements viendra compléter cette connaissance. 

Un travail qui a vu le jour grâce à l’implication et à la mobilisation spontanée de nombreux chercheurs, musicologues, techniciens et artistes dont une cinquantaine d’interprètes venus de plusieurs villes du Royaume: Agadir, Inzegane, Marrakech, Casablanca, Essaouira, Ouarzazate…

Amine BOUSHABA

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc