×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Le FMI alerte sur un resserrement budgétaire précoce

Par Franck FAGNON | Edition N°:5878 Le 04/11/2020 | Partager
«Le processus de rééquilibrage entrepris que lorsque la reprise économique sera solide»
Assiette de l’impôt, rationalisation des dépenses, des réformes à accélérer

Tant redoutée, la deuxième vague de contamination au coronavirus a fini par s’abattre sur plusieurs économies avec la reconduite de mesures drastiques comme au printemps dernier. S’il est encore difficile de faire le distinguo au Maroc, la multiplication des cas quotidiens suscite de réelles inquiétudes sur les plans sanitaire et économique.

endettement-tresor-078.jpg

Les dépenses exceptionnelles engendrées par la crise du coronavirus vont faire exploser l’endettement. Pour le FMI, une réduction du ratio dette/PIB pourrait s’opérer à partir de 2022 si la reprise se profile rapidement. En revanche, une reprise économique plus lente que prévu exigerait de repousser l’ajustement budgétaire

Le Centre Marocain de Conjoncture est plus pessimiste qu’en juin avec une récession de 6,6% en 2020 selon ses nouvelles projections. Le FMI prévoit une contraction entre 6% et 7% de l’activité, à l’issue d’une mission à distance du 19 octobre au 2 novembre.

Comme attendu, la crise va malmener les principaux indicateurs macroéconomiques: taux de chômage, déficits budgétaire et extérieur… La forte incertitude autour de l’évolution de la pandémie et l’efficience des mesures de lutte contre la propagation du virus et de soutien à l’économie voilent toujours l’horizon.

Les services du FMI anticipent un rebond de 4,5% du PIB l’an prochain (-0,4 point par rapport aux précédentes prévisions), sous l’hypothèse que les effets de la sécheresse et de la pandémie s’estompent. «Cette projection de référence est sujette à de considérables risques baissiers», prévient l’équipe du Fonds dirigée par Roberto Cavalli. Le gouvernement table sur une hausse de 4,8% du PIB en 2021.

Très réactif au début de la crise, le gouvernement fait face aujourd’hui à de nombreuses critiques notamment sur la gestion de la pandémie et sur les réponses apportées depuis juin pour entrevoir un rebond rapide. Pour plusieurs observateurs, le projet de loi de finances 2021, en discussion au Parlement, ne comporte pas tous les ingrédients nécessaires pour une reprise rapide.

La volonté du gouvernement d’utiliser avec parcimonie la dette et d’augmenter l’impôt pour certains contribuables pour compenser les baisses de recettes et financer les dépenses exceptionnelles imposées par la crise est diversement appréciée. Sachant que face à la violence du choc induit par le coronavirus, les gouvernements ont mis de côté l’orthodoxie budgétaire pour soutenir la reprise.

Tout en saluant les mesures pour soutenir la reprise en 2021, le FMI estime que «le processus de rééquilibrage budgétaire doit être progressif et ne devrait être entrepris que lorsque la reprise économique sera solide ». Dans ce cas de figure, une réduction du ratio dette/PIB pourrait s’opérer à partir de 2022. En revanche, une reprise économique plus lente que prévu exigerait de repousser l’ajustement budgétaire. 

                                                                      

Marge de manœuvre

Parallèlement, les services du FMI préconisent un certain nombre de réformes pour accroître les marges de manœuvre budgétaire, notamment des mesures visant à élargir l’assiette de l’impôt et à accroître la progressivité du système fiscal. «De nouvelles réformes de l’administration publique qui rationaliseraient les dépenses et le programme de privatisation des autorités contribueraient à reconstituer les marges de manœuvre budgétaire, tout en finançant l’expansion des programmes de protection sociale», conseille le FMI.

F.Fa

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc