×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Economie

Quels scénarios pour la Bourse?

Par Moulay Ahmed BELGHITI | Edition N°:5874 Le 28/10/2020 | Partager
Abaissement du recul attendu de la masse bénéficiaire en 2020
Potentiel de hausse d’au moins 10% dans 2 à 3 ans
Tout dépendra de la reprise économique à partir de 2021

CFG Bank est plus pessimiste par rapport à la baisse de la masse bénéficiaire en 2020. La banque table sur un repli de 18,3% des bénéfices ajustés de la cote en 2020 à 22,5 milliards de DH. Elle révise à la baisse sa précédente estimation de juillet dernier qui était de -12%. Cet abaissement des prévisions est lié aux réalisations financières du premier semestre des sociétés cotées de l’indice CFG25 qui est constitué des 25 sociétés les plus liquides du marché représentant près de 90% de la capitalisation boursière.

revisons-bourse-074.jpg

CFG Bank table sur un repli de 18,3% de la masse bénéficiaire ajustée de la cote en 2020 à 22,5 milliards de DH. Cette prévision intègre de nouvelles estimations à savoir: une progression du coût du risque des banques plus importante que prévu, un taux de provisionnement plus élevé pour les assurances et la contribution au fonds covid

Le département analyse et recherche de la banque a ainsi pris en compte dans ces nouvelles prévisions «une progression du coût du risque beaucoup plus importante qu’initialement prévu pour le secteur bancaire lié à la détérioration significative du risque crédit engendrée par la crise sanitaire actuelle et le provisionnement anticipatif et prudent associé».

A cela s’ajoute, le «taux de provisionnement plus élevé qu’escompté pour les compagnies d’assurances, combiné à la montée en puissance des impayés, la dépréciation de la valeur de certains actifs financiers en lien avec la contre-performance générale des marchés financiers et l’annulation, la suspension ou le report des versements de dividendes de certains émetteurs». CFG Bank évoque aussi «les nouveaux dons au fonds spécial dédié à la gestion de la pandémie de la covid-19» en particulier Attijariwafa bank qui a annoncé qu’elle allait contribuer encore avec 1,148 milliard de DH. Les analystes relèvent que la masse bénéficiaire sera négativement impactée par ces contributions dont ils estiment l’impact à 6,4 milliards de DH avant impôts.

La bonne nouvelle est que le marché a déjà anticipé la baisse de la masse bénéficiaire. Selon les prévisions de CFG Bank, les niveaux de valorisation actuels du marché ont intégré le recul attendu des bénéfices en 2020. Dans ces conditions, les niveaux de valorisation du marché sont justifiés d’un point de vue fondamental. Ainsi le PER actuel de CFG25 avoisinerait 21 fois les bénéfices 2020 retraités des contributions au fonds spécial dédié à la gestion du coronavirus.

Selon les pronostics de la banque, le retour à la normale est pour 2 ou 3 ans sous réserve d’une reprise économique progressive à partir de 2021. Ceci dit, la masse bénéficiaire devrait graduellement renouer avec le chemin de la normalisation sur les deux prochaines années (2021et 2022) et revenir vers un niveau proche de celui observé en 2019 (hors éléments exceptionnels).

Cela induirait une progression de 22,4% par rapport à l’actuelle prévision de la masse bénéficiaire ajustée pour 2020 et se matérialiserait entre 2022 et 2023. Dans ces conditions, CFG Bank estime que le marché actions renouerait avec son PER d’équilibre compris entre 19 et 20 fois les bénéfices. De quoi laisser présager un potentiel de hausse compris entre 10% et 15% sur un horizon de 2 à 3 ans.

Moulay Ahmed BELGHITI

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc