×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1245 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1249 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Economie

Enquête L’Economiste-Sunergia/ Télétravail: 4 sondés sur 10 ont tenté l’expérience

Par Hassan EL ARIF | Edition N°:5874 Le 28/10/2020 | Partager
67% exercent dans l’enseignement
Hôtellerie, agriculture, santé… les secteurs où cette forme d’organisation est plus rare
Les télétravailleurs sont les plus aisés et ont entre 18 et 64 ans

4 personnes sur 10 ont travaillé à partir de chez elles pour éviter la propagation du coronavirus. C’est ce que révèle l’enquête menée par L’Economiste-Sunergia auprès d’un échantillon d’internautes représentatif. Le télétravail s’est imposé depuis le déclenchement de la pandémie. Il constitue toujours une actualité brûlante puisque les autorités locales de la région Casablanca-Settat ont recommandé de privilégier ce mode de travail pendant une période d’au moins un mois, lorsque cette organisation est possible.

Sans attendre les consignes publiques, de nombreuses entreprises ont opté pour le télétravail de manière non stop depuis l’institution des premières mesures de confinement.

teletravail-074.jpg

Selon les résultats de l’enquête L’Economiste-Sunergia, 6 personnes sur 10 n’ont pas expérimenté le télétravail. Par sexe, la proportion reste la même. Le pourcentage des personnes ayant travaillé à distance augmente au fur et à mesure que l’on monte dans les tranches d’âge: 37% chez les 18-24 ans, 42% respectivement pour la tranche d’âge 25-34 ans et 35-44 ans et 46% respectivement chez les 45-54 ans et 55-64 ans.

Ce sont les plus âgés (65 ans et plus) qui ont boudé ce mode de travail. Un senior sur 4 seulement a exercé ses activités à partir de son domicile. Un résultat qui pourrait s’expliquer par le manque d’aisance avec l’outil informatique ou par rapport à la nature de l’activité exercée ou encore au manque d’équipement.

Par zone géographique, c’est surtout au niveau de la région du centre où le télétravail a dominé: 43% des personnes sondées ont opté pour ce mode de travail. Cette propension s’explique certainement par la concentration des grandes entreprises, des sièges sociaux, des ministères, des entreprises et établissements publics. Dans les régions Nord, Est et Sud, 39% des personnes ont choisi de travailler à domicile.

L’enquête relève aussi que plus le revenu est bas, moins le télétravail est prépondérant. Ainsi, les moins de 2.000 DH représentent à peine 23% des personnes qui ont essayé l’expérience du télétravail. Ce pourcentage s’élève à 32% pour ceux qui perçoivent entre 2.001 et 4.000 DH, 41% (4.001 à 6.000 DH) et à 45% pour les personnes dont le salaire varie entre 6.001 et 12.000 DH. Au-delà de ce niveau de revenu, 53% des personnes ayant participé à l’enquête L’Economiste-Sunergia ont télétravaillé. La prépondérance du télétravail chez cette population peut être attribuée à la fonction exercée par les personnes touchant un salaire de 12.000 DH et plus. Il s’agit généralement des cadres, des cadres supérieurs ou de hauts responsables.

Selon l’enquête L’Economiste-Sunergia, 67% des internautes ayant opté pour le télétravail exercent dans l’enseignement. Ils sont suivis par les salariés de l’information et de la communication (66%), puis de l’art et de la culture (45%). Dans certains secteurs, près des ¾ n’ont pas essayé l’expérience du télétravail puisque l’activité ne s’y prête pas ou parce qu’elle est en crise ou soumise à des restrictions administratives: l’agriculture et la pêche (79%), l’hôtellerie et la restauration (76%), le transport et la logistique (74%), et la santé (71%).

Qu’elle soit obligatoire ou facultative, l’expérience a ses avantages et ses inconvénients. 33% des internautes ont cité la réduction des dépenses comme principal avantage, en particulier les jeunes de moins de 34 ans et ceux dont le revenu est inférieur à 6.000 DH. Il s’agit évidemment des économies réalisées en frais de transport et de nourriture. 1 répondant sur 5 affirme ne pas perdre de temps dans le transport et 21% expliquent qu’ils utilisent de nouveaux outils informatiques. Environ 1/5 des répondants note une souplesse dans l’organisation du travail à domicile. En général, ce sont les internautes les plus âgés et les plus aisés.

Pour d’autres personnes, l’expérience n’est pas sans inconvénients. En effet, 40% des personnes ont rencontré des problèmes techniques. Ce sont surtout les personnes âgées d’au moins 45 ans et qui ne sont pas très à l’aise avec les nouvelles technologies.

22% des internautes font état de problèmes humains avec les collègues. La présence hors du bureau se traduit parfois par un manque de coordination entre collègues et des difficultés d’assurer le suivi du travail. Une personne sur cinq rapporte également des problèmes d’équilibre entre vie professionnelle et personnelle. 12% des salariés font état de problèmes d’organisation du travail. Cet argument a davantage été évoqué par les femmes plus que les hommes et les jeunes de moins de 24 ans.

                                                                 

Fiche technique

 L’enquête L’Economiste-Sunergia s’inscrit dans le cadre de la série d’études Market Insights du groupe. Elle a été réalisée du 7 au 26 août sur internet auprès de 1.236 utilisateurs des réseaux sociaux résidant au Maroc. Ils sont âgés de 18 à plus de 65 ans. L’étude ne représente pas forcément l’ensemble de la population marocaine, mais a tout de même du sens. Les répondants sont connectés, urbains et ont un niveau de scolarisation élevé et des revenus supérieurs à la moyenne marocaine, tient à souligner Sunergia. Près des ¾ des personnes sondées sont des hommes. 35% sont âgés entre 18 et 34 ans, 37% ont entre 35 et 54 ans et 31% ont 55 ans et plus. 32% des répondants habitent la région de Casablanca-Settat, 17% sont de Rabat-Salé-Kénitra, 9% sont issus de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceïma. 32% des répondants vivent avec un revenu inférieur ou égal à 4.000 DH/mois, 11% entre 4.001 et 6.000 DH, 26% entre 6.001 et 12.000 DH et 31% de plus de 12.000 DH par mois.

Hassan EL ARIF

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc