×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Insolites

Un Monde Fou

Par L'Economiste | Edition N°:5858 Le 06/10/2020 | Partager

■ Il vend des fourmis comme animaux de compagnie
Des fourmis affairées courent dans des boîtes transparentes d’une boutique de Singapour: ce magasin propose des colonies et tout l’équipement nécessaire pour adopter ces insectes à six pattes comme animaux de compagnie. John Ye a ouvert «Just Ants» - le premier magasin de la cité-Etat dédié à la vente de ces animaux minuscules - en janvier, transformant une passion à temps partiel en une carrière à plein temps.
Le Singapourien a développé son intérêt pour ces insectes après avoir reçu quelques spécimens en cadeau de son beau-frère. Et il a peu après abandonné son emploi de vendeur d’électronique pour créer son entreprise. L’homme de 41 ans décrit les fourmis comme des animaux «altruistes, doués de compassion» et «d’un esprit combatif». Il espère que son magasin deviendra un sanctuaire pour les autres passionnés de fourmis. Le magasin vend des colonies de fourmis et de l’équipement spécialisé, des tubes pour les attraper, des minuscules plats pour la nourriture et même des vers pour les nourrir. Le commerce a dû fermer pendant le confinement qui a suivi l’épidémie de coronavirus, mais a pu rouvrir depuis et les affaires marchent bien.
Il propose une trentaine d’espèces, fournies par d’autres myrmécologues, des spécialistes des fourmis, ou capturées par John Ye et ses amis à Singapour.

■ Les diables de Tasmanie réintroduits en Australie!
Les diables de Tasmanie reviennent en Australie continentale. Ces marsupiaux uniques, disparus il y a 3 000 ans sur l’immense île-continent, ont été relâchés récemment dans la nature. Il s’agit d’une étape «historique» d’un ambitieux programme de protection de l’espèce. L’association Aussie Ark a révélé lundi que 26 de ces mammifères carnivores avaient été libérés dans un sanctuaire de 400 hectares à Barrington Tops, à trois heures et demie au nord de Sydney (sud-est). Le président d’Aussie Ark, Tim Faulkner, explique que cette opération «historique», réalisée en juillet et septembre, est la première étape d’un programme de conservation ex situ visant à créer une population préservée, le diable étant menacé sur l’île de Tasmanie par une grave forme de cancer contagieux.

■ Des femmes contraintes de rester chez elles suite au Covid
 Aracelis Bonet a dû se résoudre à mettre de côté son travail pour se consacrer entièrement à son fils. Aux Etats-Unis, des milliers de femmes sont contraintes de rester au foyer et de renoncer à leur emploi, faute d’écoles ouvertes à cause de la pandémie de Covid-19. La pandémie de Covid-19 est en train d’anéantir les lents progrès réalisés par les femmes ces dernières décennies en matière de participation au marché de l’emploi.

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc