×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Insolites

Un Monde Fou

Par L'Economiste | Edition N°:5853 Le 29/09/2020 | Partager

■ Une ville interdit chips  et bonbons aux caisses des supermarchés
La ville de Berkeley, bastion progressiste du nord de la Californie, va interdire la vente des produits trop sucrés ou salés sur les présentoirs situés aux caisses des supermarchés afin de promouvoir une alimentation plus saine, une première aux Etats-Unis selon des médias locaux. Le conseil municipal de Berkeley, ville universitaire de 120.000 habitants près de San Francisco, a adopté cette semaine à l’unanimité une ordonnance qui bannira des caisses les produits contenant plus de 5 grammes de sucres ajoutés ou plus de 250 mg de sodium par portion. L’interdiction vise également toutes les boissons contenant des sucres ajoutés ou des édulcorants artificiels. L’ordonnance relève que «des aliments bon marché et riches en sel, graisses saturées et sucres ajoutés sont prédominants dans les présentoirs des caisses». Les clients y sont «plus enclins à effectuer des achats impulsifs et les parents se battent avec leurs enfants qui réclament des confiseries à la fin des courses». L’interdiction, qui doit s’appliquer à 25 supermarchés de la ville, entrera en vigueur en mars prochain et les premières visites des inspecteurs sanitaires sont prévues en janvier 2022. «Ce qui est bon pour les clients à Berkeley est aussi bon pour nos commerces», a lancé Kate Harrison, l’une des élues à l’origine de cette mesure. En 2014, Berkeley avait déjà été la première à imposer une taxe sur les sodas, une initiative reprise ensuite par plusieurs autres grandes villes américaines. Selon une étude publiée début 2019, les habitants de Berkeley avaient diminué leur consommation de boissons sucrées de 21% dans l’année qui avait suivi la mise en place de cette «taxe sodas». La chute atteignait 52% en 2017.

■ Réélu malgré son décès!
Ses ouailles l’aimaient trop pour ne pas lui confier un nouveau mandat: mort il y a 11 jours du coronavirus, le maire sortant d’une commune du sud de la Roumanie a été réélu haut la main dimanche lors des élections municipales. Ion Aliman, décédé le 17 septembre à l’âge de 57 ans, a remporté 1.057 voix sur les quelque 1.600 suffrages exprimés à Deveselu, ont rapporté lundi les médias locaux. Après la clôture du scrutin, les villageois se sont rendus sur sa tombe pour célébrer sa victoire. «Nous sommes allés le féliciter», a écrit sur Facebook une habitante de Deveselu, sous une photo montrant des dizaines de personnes brandissant des bougies dans le cimetière local. Avant les électeurs, les moutons de Deveselu avaient déjà défrayé la chronique en se retrouvant au centre d’une guerre improbable entre un villageois et le commandement du bouclier antimissile américain, inauguré en 2016. Les 250 brebis de Dumitru Bleja étaient devenues malgré elles une menace pour la sécurité du site militaire: paissant à proximité de la clôture, elles en déclenchaient régulièrement les systèmes d’alerte. Enjoint de démolir son abri à moutons et de faire paître ses bêtes ailleurs, le villageois avait demandé des dommages de 18.000 euros, mais avait finalament été débouté par la justice en 2018.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc