×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Politique

Elections: Les femmes relancent le débat sur la parité

Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5835 Le 03/09/2020 | Partager
Elles plaident pour une réforme des lois électorales pour une meilleure représentativité politique
Rencontre avec Laftit pour explorer les moyens d’assurer un accès équitable aux instances élues

Abdelouafi Laftit poursuit le processus des consultations politiques dans le cadre de la préparation des prochaines échéances électorales. Mardi dernier, le ministre de l'Intérieur a rencontré les représentants des organisations féminines des partis.

femmes-parlement-035.jpg

Lors des dernières élections de 2016, les femmes ont réussi à s’adjuger 81 sièges à la Chambre des représentants, essentiellement grâce à la liste nationale. Aujourd’hui, ce mécanisme semble essoufflé. D’où l’importance de définir de nouveaux moyens pour favoriser un plus grand accès des femmes aux instances élues (Ph. Bziouat)

Certes, la liste nationale a permis d’assurer «une contribution remarquable de la femme marocaine sur la scène politique. Mais cette contribution n’a pas encore atteint le niveau exigé. Surtout que la parité est loin d’être concrétisée», a souligné Laftit.

Si la parité, consacrée par la Constitution, est encore un vœu, les membres des structures féminines des formations politiques réclament de nouveaux mécanismes pour favoriser un accès plus grand des femmes aux conseils élus. La rencontre avec le ministre de l’Intérieur a été dédiée à l’examen des «moyens susceptibles de garantir une représentativité importante et équitable des femmes dans les instances élues lors des élections législatives et communales de 2021».

Les représentantes des structures féminines des partis ont plaidé en faveur de la révision de certaines lois organiques relatives aux élections. Aujourd’hui, «il est important de garantir l’accès des femmes aux postes de décision, notamment à travers une plus grande représentativité lors des prochains scrutins», selon les membres de ces organisations féminines.

Cette mobilisation est d’autant plus importante que les femmes ont encore du mal à percer, particulièrement au niveau des circonscriptions locales. Lors des élections législatives de 2016, les femmes ont réussi à accaparer 81 sièges sur 395 à la Chambre des représentants contre 67 en 2011. Un niveau qui reste encore loin du minimum de tiers des sièges pour favoriser la concrétisation du principe de parité. Pour les femmes élues, les stéréotypes ont encore la peau dure et influencent directement le choix des candidats.

M.A.M.

                                                                               

Trois questions à Ibtissam Azzaoui, députée PAM
«La liste nationale est insuffisante»

ibtissam-azzaoui-035.jpg

- L’Economiste: Est-ce que la liste nationale est encore suffisante pour garantir une plus grande représentativité politique des femmes?
- Ibtissam Azzaoui:
La liste nationale est une mesure qui a été nécessaire lors de sa mise en place. Elle a permis de garantir un minimum de représentativité des femmes dans les conseils élus. Aujourd’hui, la liste nationale s’avère insuffisante. Après une expérience de deux mandats, il est temps de faire le bilan de cette expérience, pour voir ce qui a bien marché ou pas. Il est important de préciser que cette liste n’est pas une fin en soi. Il s’agit d’un simple mécanisme pour garantir la représentativité des femmes. Peut-être est-il temps de le revoir. Surtout que les femmes élues ont fait leurs preuves en prouvant qu’elles sont les plus assidues, les plus sérieuses, les plus innovantes au sein de différentes instances.

- Quels sont les obstacles auxquels font face les femmes élues?
- Sur le terrain, les choses sont compliquées. Il faut dire que si les électeurs avaient une meilleure visibilité des profils et des programmes des partis, le critère de choix déterminant sera la méritocratie, sans prendre en considération si le candidat est homme ou femme. Malheureusement, d’autres facteurs influencent ce choix. Parfois c’est l’usage de l’argent, parfois c’est la mentalité machiste… Les partis également devraient arrêter d’afficher des slogans en faveur des femmes, alors que dans la réalité ils favorisent des hommes qui ne sont parfois même pas des militants, mais parce qu’ils ont une certaine notoriété dans leurs zones.

- Quelles sont les pistes à explorer pour inverser cette tendance?
- Il est important de mettre en place des lois claires dans ce sens, que les partis seraient obligés de respecter. Parallèlement, le ministère de l’Intérieur doit mobiliser des incitations, notamment en prévoyant des ressources financières supplémentaires en faveur des partis qui présentent des femmes, ou des jeunes, à la tête des listes électorales.

Propos recueillis par M.A.M.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc