×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Régions

Reconfinement de Tanger: Coup fatal pour le tourisme

Par Ali ABJIOU | Edition N°:5803 Le 14/07/2020 | Partager
Lundi noir pour la ville et ses habitants
Limitation du transport interurbain, le secteur sous le choc
Il faudra de nouveau dégainer son autorisation exceptionnelle de sortie

Lundi noir pour Tanger. L’annonce du reconfinement total de la ville, le 13 juillet au matin, a pris de court les citoyens mais surtout les opérateurs touristiques. L’espoir d’une levée du confinement pour entamer la saison touristique avait animé les opérateurs du secteur, qui espéraient passer en zone 1. Mais cette nouvelle porte un réel coup de massue à la destination.

reconfinement-tanger-03.jpg

Plusieurs quartiers de Tanger ont fait marche arrière. Barrières et autorisations refont désormais partie de leur quotidien suite à l’augmentation du nombre de cas de Covid (Ph. Adam)

Après la perte sèche du tourisme d'affaires en raison de la fermeture des frontières, la saison estivale représentait la dernière bouffée d'oxygène pour le secteur à Tanger sachant que les hôteliers réalisent une bonne partie des recettes de l’année durant cette période. «Le mois de juillet semble définitivement perdu. Et si les conditions sanitaires ne s'améliorent pas d'ici le mois d'août, c'est la fin», indiquent des professionnels du tourisme.

Les yeux rivés sur des scores quotidiens qui ne font qu'augmenter, peu d'entre eux restaient encore optimistes quant à une reprise, ces derniers jours. Ce ne sont pas moins de 360 nouveaux cas qui ont été découverts en moins d’une semaine, et ce grâce à une politique de dépistage quasi systématique de l’ensemble des salariés du secteur industriel, des pêcheurs et tout dernièrement des imams des mosquées qui devaient ouvrir ce 14 juillet.

Mais cette fois, ce sont des foyers de taille qui ont été décelés dans des quartiers à forte densité démographique et qui exigent un retour à des mesures sanitaires plus drastiques. Une des raisons pour lesquelles l'état d'urgence n'a pas été levé le 10 juillet dernier. 

Ce reconfinement suppose, pour les habitants de la ville, un retour au plus fort du confinement avec une limitation des déplacements aux cas urgents et la fermeture des établissements publics vers 20h00. Il sera accompagné par la fermeture des cafés et des hammams. Les habitants de Tanger devront aussi ressortir leurs autorisations exceptionnelles de déplacement, que le reste des Marocains ont mis dans leurs tiroirs.

Par la même occasion, les transports interurbains sont limités, la gare routière et la gare ferroviaire ont été fermées pour éviter tout risque de contagion.

Un allégement des mesures est certes possible, en cas d’amélioration de la situation sanitaire de la ville et du recul des contagions d’où la limitation des déplacements. Les autorités insistent également sur l’utilisation des gestes barrières, la distanciation et l’utilisation du masque sur la voie publique et dans les espaces communs. Et sur la nécessité de télécharger et d’utiliser l’application wiqaytna pour limiter les contagions.

Les foyers industriels sous contrôle, pour l’heure

Les foyers industriels passent au second plan après la découverte de foyers urbains. La ville avait été l’une des premières à avoir lancé une campagne de dépistage massif des employés du secteur industriel. Cette campagne avait permis de découvrir plusieurs centaines de cas dans des entreprises manufacturières de la ville, dont Renault et ses équipementiers. Pour le cas du constructeur automobile une campagne de tests avait été lancée auprès de l’ensemble de ses salariés en activité. D’autres campagnes avaient intéressé les employés de l’industrie automobile dont les équipementiers et qui avaient permis de déceler des centaines de cas.

De notre correspondant permanent, Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc