×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Culture

Mahi Binebine n’ira pas à Perpignan

Par Amine BOUSHABA | Edition N°:5802 Le 13/07/2020 | Partager
mahi-binebine-02.jpg
Fidèle à lui-même et à ses valeurs, Mahi Binebine refuse de participer à la cérémonie de remise du prix Méditerranée 2020, prévue à Perpignan, ville passée aux mains de l’extrême droite (Ph. Laurent Moulager - hipstoresk.com 2017)

Ils étaient trois à se réjouir d’avoir gagné le prix Méditerranée 2020, fondé en 1982 par le Centre méditerranéen de littérature et parrainé par la ville de Perpignan. L’artiste peintre, sculpteur, écrivain et conteur de talent Mahi Binebine est consacré pour  son dernier roman «Rue du pardon» paru aux éditions Stock et en coédition aux éditions Le Fennec. Le prix Méditerranée étranger est revenu à l’écrivain italien Giosuè Calaciura pour son roman «Bongo Vecchio» et celui de la poésie à la franco-algérienne Souad Labbize, pour  «Je franchis les barbelés » (Bruno Doucey).

Entretemps, la ville de Perpignan étant passée aux mains de l’extrême droite, lors des dernières municipales françaises  du 28 juin, l’idée de recevoir ce prix les enchante beaucoup moins.  Dans un communiqué conjoint, les trois intellectuels annoncent leur refus de participer à la cérémonie de remise des prix, prévue le 3 octobre prochain. «Par notre refus, nous souhaitons éveiller les consciences face aux idéologies du rejet et du repli sur soi. En cela, nous restons fidèles à l’éthique, aux principes et aux valeurs qui nous habitent et qui, nous l’espérons, traversent nos œuvres respectives», signent les trois lauréats.

Et d’expliquer, plus loin, que cette décision est motivée par leur «souhait d’éviter tout amalgame et toute récupération ou instrumentalisation de la culture à des fins idéologiques ou politiques». Si les signataires assurent que le Prix Méditerranée «les a honorés lors de son palmarès 2020, venant d’une institution fondée par les défenseurs d’une certaine idée de l’espace méditerranéen», ils précisent tout de même: «En ces moments d’incertitude, et plus que jamais, l’hospitalité, le vivre ensemble et la bienveillance n’ont pas de prix. Ou plutôt si, celui de l’engagement et de la solidarité. Par notre refus, nous souhaitons éveiller les consciences face aux idéologies du rejet et du repli sur soi».

A.Bo

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    public[email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc