×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Défaillances: Le 2e semestre pourrait être meurtrier

Par Franck FAGNON | Edition N°:5796 Le 03/07/2020 | Partager
Le confinement a fait plonger les faillites de 38% à 2.554 à fin juin
La perfusion financière a permis de sauver quelques entreprises
Hôtellerie, restauration, immobilier...

Prises très tôt, les mesures du Comité de veille économique en faveur des entreprises et la mise en place de découverts exceptionnels garantis par l’Etat (Damane Oxygène) ont permis à de nombreuses entreprises d’absorber le choc provoqué par la pandémie du coronavirus.

defaillances-096.jpg
L’activité réduite dans les tribunaux de commerce pour lutter contre la propagation du coronavirus explique en partie la chute des défaillances. Les professionnels s’attendent à un engorgement des tribunaux vers la fin du troisième trimestre

Un nouveau dispositif qui inclut notamment Damane Relance a pris le relais depuis mi-juin. Malgré cela, les entreprises paieront un lourd tribut à cette crise. Les faillites devraient bondir de 33% entre 2019 et 2021 à l’échelle internationale selon les dernières prévisions de Coface. Les premières estimations d’Inforisk ou encore Euler Hermes faisant état d’une hausse de l’ordre de 6% des défaillances d’entreprises marocaines sont d’ores et déjà désuètes.

Mais, après six mois, les dégâts sont limités. Au total, 2.554 liquidations judiciaires ont été prononcées entre janvier et juin contre 4.111 sur la même période l’année dernière. Après une hausse de 14% des faillites en janvier, la tendance s’est brutalement inversée sur les cinq mois suivants avec un effondrement de l’activité au cours des mois d’avril, mai et juin. Moins de 200 dépôts de bilan ont été enregistrés au deuxième trimestre.

Le ralentissement de l’activité des tribunaux de commerce pour lutter contre la propagation du coronavirus explique en partie la chute des défaillances. «En temps normal, l’on aurait compté 1.700 défaillances de plus», relève Amine Diouri, directeur Communication & Services à valeur ajoutée et Responsable du Programme Inforisk Dun Trade.

La perfusion financière a aussi permis de contenir la mortalité des entreprises. D’ailleurs, l’arrivée à échéance de certaines mesures le 30 juin dernier fait craindre le pire dans le rang des dirigeants des TPE et PME. Les prochains mois pourraient être meurtriers. Pour les professionnels, la vague des faillites s’est juste décalée dans le temps. Ils s’attendent à un engorgement au niveau des tribunaux de commerce vers la fin du troisième trimestre lorsque l’appareil judiciaire se remettra pleinement en route.

Au niveau sectoriel, le commerce de gros (727 entreprises), la construction (376) et les services aux entreprises (281) ont concentré 54% des défaillances au premier semestre. Dans les secteurs lourdement touchés par la crise, l’on recense  129 liquidations dans l’hôtellerie et la restauration et 149 dans les activités immobilières. Mais, ces indicateurs sont déformés par les mesures de confinement.

Inforisk évalue le risque Covid-19 sur les entreprises

Les pronostics sur les défaillances d’entreprises en début d’année ont vite été balayés par la récession violente provoquée par le coronavirus. Dans le contexte actuel, l’information revêt un caractère hautement stratégique. Inforisk, le spécialiste du renseignement commercial, va proposer pour chaque entreprise une évaluation de l’impact de la conjoncture sur le niveau de risque «Business». Sur une échelle de 1 à 10 avec 1 comme risque faible, l’Impact Score Covid-19 va mesurer le risque induit par la pandémie sur une entreprise et permettre aux partenaires une meilleure gestion du poste Clients. L’Impact Score Covid-19 agrège les informations relatives à la crise sanitaire, la situation géographique, la conjoncture sectorielle et la situation financière de l’entreprise.

F.Fa

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc