×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Régions

Le port d’Essaouira reprend du service

Par Ghizlaine BADRI | Edition N°:5748 Le 24/04/2020 | Partager
Redémarrage de 80% de l’activité du port correspondant à la pêche côtière
Maintien de 20% des activités en pêche artisanale
Une reprise encadrée par les autorités locales

Avec près de 2.000 personnes transitant par le port quotidiennement, le port d’Essaouira avait limité ses activités, il y a quelques semaines suite aux mesures de prévention prises par le gouvernement pour lutter contre la pandémie du Covid-19. Depuis ce lundi 20 avril, le port d’Essaouira a été autorisé à relancer ses activités en pêche côtière pour répondre aux besoins des marchés régionaux.

port-essaouira-048.jpg

Les sardiniers se démarquent des chalutiers, palangriers et barques avec une augmentation de 5.027 tonnes en 2018 à 7.141 tonnes en 2019 soit une hausse de près de 42% en poids et 60% en valeur

«Nous avons mis en place des opérations de désinfection des bassins ainsi que des chantiers à l’intérieur de la zone portuaire une fois par semaine. Nous avons également procédé à des nettoyages des bateaux qui ne sortent plus en mer par la société Ozone, en charge des opérations de désinfection. Une seule porte d’accès au port demeure accessible à la police, aux autorités locales ainsi qu’aux pêcheurs artisanaux en charge de l’alimentation du marché local», explique Mohamed Majdi, directeur de l’Agence nationale de la pêche à Essaouira.

Si l’autorisation des sorties en mer pour les chalutiers de pêche côtière a été ordonnée depuis quelques jours, les quelques 500 pêcheurs que compte la pêche artisanale avec 70 embarcations de 3 personnes ainsi que les 13 chalutiers de 24 personnes avaient continué leurs activités depuis plusieurs semaines pour alimenter le marché local.

«Nous allons lancer l’alimentation inter-villes dans les prochains jours avec un camion réfrigéré et un chauffeur qui va approvisionner Marrakech et Casablanca», poursuit Mohamed Majdi. Les mesures prises pour lutter contre la pandémie du Covid-19, continuent à être appliquées par la police, la gendarmerie, l’ANP et l’ONP. Les instructions sont détaillées dans les notes circulaires envoyées par le ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime.

Par ailleurs, les travaux d’aménagement du port viennent d’être finalisés en janvier 2020, suite au projet de restructuration du Port d’Essaouira lancé en 2010 par l’ANP. Ils permettent de pallier l’insuffisance et manque d’espace pour la mise en place des installations et équipements de salubrité pour la pêche en conformité avec les normes internationales et européennes. Une évolution de l’offre portuaire qui a contribué à l’agrandissement du terre plein et l’extension de l’espace d’accostage de pêche côtière.

Des travaux qui participent également à protéger la Seqala de l’érosion à cause de l’eau de mer grâce à un mur. «Les travaux d’extension du port d’Essaouira ont coûté au total 220 MMDH. Ils ont permis à la pêche côtière d’augmenter ses capacités de près de 10%. Nous avons aussi  inclus les travaux d’extension des bassins et l’approfondissement des quais ainsi que les travaux de viabilisation du chantier naval, de la voirie, de l’assainissement de l’eau potable, des clôtures et des bâtiments modulaires», a conclu Mohamed Majdi.

De notre correspondante permanente, Ghizlaine BADRI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc