×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

De bonnes sources

De bonnes sources

Par L'Economiste | Edition N°:5739 Le 13/04/2020 | Partager

 • Le Maroc, premier de classe?
Le Maroc se trouve en haut de divers classements (plus exactement «d'évaluations») quant à sa réponse au coronavirus. Quelques analystes se servent des données pour expli­quer qu'à leur avis, Rabat va prendre inévitablement le leadership sur le continent. Les 3 points les plus sou­lignés sont la mobilisation, la disci­pline de la population et le courage des services publics. Les systèmes de redistribution de revenus ne sont pas toujours bien compris. La mobilisation industrielle n'a pas été vue, du moins jusqu'ici, alors qu'elle transforme les idées autour de l'in­dustrie.
N.S.

• Forte mobilisation des filiales marocaines de groupes français
Les filiales marocaines de groupes français et entreprises à capitaux français au Maroc se sont activées pour prendre part à l’élan de solidarité général pour faire face aux effets du Covid-19. Elles ont été nombreuses de divers secteurs (banque, assurance, agroalimentaire, industriel, énergie…) à abonder le fonds anti-coronavirus pour un mon­tant total de près de 500 millions de DH. A cela s’ajoutent d’importants dons en nature (produits et paniers alimentaires, ordinateurs portables, masques, gel hydroalcoolique, équi­pements divers…). Certaines ont mis à disposition leurs locaux ou usines en soutien aux autorités ma­rocaines dans la lutte contre la pan­démie. En plus de tout cela, toutes les entreprises françaises ou à capi­taux franco-marocains, y compris les PME, ont mis en place des plans de continuité de leur activité. Aussi elles se disent «exemplaires pour préserver au maximum l’emploi et la rémunération de leurs salariés pendant cette période».
M.A.B.

• Pas de visa pour la France jusqu’à nouvel ordre
En raison du Covid-19, la France a suspendu ses visas jusqu'à nouvel ordre. Toutes les demandes de visas sont concernées: Schengen de court séjour, long séjour pour la France et Outre-mer. Cette suspension s'applique aussi aux demandes pour lesquelles un rendez-vous a déjà été pris. Pour les titres de séjour fran­çais, visas de long séjour ou récépis­sés de demande de renouvellement de titre de séjour qui expirent entre le 16 mars et le 15 mai 2020, leur durée de validité a été prolongée de 3 mois. Si un voyageur en règle est bloqué hors de France à cause de l'interruption des vols, il peut s’éta­blir ou rentrer en France lorsque la situation le permettra.
F.F.

• Cri de détresse des Marocains bloqués en France
Depuis la suspension des liaisons aériennes à destination et en par­tance du Maroc, plusieurs centaines de Marocains sont restés bloqués en France. Presque un mois plus tard, ils n’ont reçu aucune réponse de la part des représentations consulaires sur un éventuel rapatriement. Cer­tains sont bloqués en famille et sont frustrés de voir les autorités fran­çaises organiser le retour de leurs ressortissants restés au Maroc. De plus, l’Algérie a tout récemment affrété un vol spécial pour trans­porter ses ressortissants bloqués en Turquie. «Nous ne représentons pas plus de risques que nos compatriotes. Pour plus de sécurité, certains pays imposent le confinement», déclare un touriste avec son épouse coincé à Paris.
 H.E.

• Industrie auto: «Pas de reprise avant 2021!»
Selon des analystes européens, la reprise de l'industrie auto et des ventes de voitures ne pourra s'opérer, au meilleur des cas, qu'en 2021. D'ici là, tout dépendra de la dynamique de reprise de l'indus­trie chinoise. Pour 2020, il manque encore un catalyseur pour que les consommateurs repartent à l'achat. Le constat aujourd'hui est que l'arrêt d'activité inquiète les constructeurs. Le premier réflexe après le dé-confi­nement serait donc le déstockage. Ce qui retardera la reprise écono­mique. Une chose est sûre, "l'hori­zon n'est pas l'année 2020, qui est désormais une année perdue, mais 2021 qui devrait être la véritable an­née de rebond, si rebond il y aura". De l'avis d'experts, «l'après-corona­virus pourrait tout à fait accélérer la transformation du rapport à la mobi­lité. Il n'est pas du tout certain qu'on retrouve le dynamisme du passé. Il y a désormais un plafond de verre sur le secteur». Autrement dit, le secteur de l'industrie auto au Maroc devra laisser des plumes cette année. Tous les objectifs de production et à l'export seraient compromis.
A.R.

• Colorado participe au fonds anti-coronavirus
La holding Colbert Finance, ac­tionnaire majoritaire de la société de peinture Colorado cotée à la Bourse de Casablanca, se mobilise pour lutter contre le coronavirus. Elle apporte ainsi une contribution de 3 millions de DH au Fonds spé­cial pour la gestion de la pandémie Covid-19.
M.A.B.

• L’appel des CCI aux minis­tères des Finances
La Chambre de commerce in­ternationale, l'International Trade Union Confederation et Global Citizen lancent un appel commun aux ministres des Finances pour de­mander un allègement d'urgence de la dette. L’objectif est de permettre aux pays en développement de mieux lutter contre la pandémie du Covid-19. Les trois demandent aux ministres des Finances de «garantir un allégement immédiat des obli­gations en matière de service de la dette».
M.A.B.

• Plus de 8.800 classes vir­tuelles à l’OFPPT
Afin de garantir sa continuité pédagogique, l’OFPPT a créé quelque 8.836 classes virtuelles depuis le 16 mars dernier. Jusqu’au 7 avril, environ 83.356 séances ont été réalisées à distance. L’Office a également mis à disposition de ses stagiaires près de 2.600 supports pédagogiques en ligne. Pour les tra­vaux pratiques, des vidéos de simu­lations sont en cours de production. Une plateforme e-learning pour l’apprentissage des langues (fran­çais, anglais, espagnol) a, en outre, été lancée. En guise de solidarité, le personnel de l’Office a fait don de 2 millions de DH au fonds spécial pour la gestion de la pandémie du coronavirus. 2.222 salariés y ont participé.
A.Na

• L’UM6P met 400 cours en ligne pour les classes prépas
L’Université Mohammed VI Po­lytechnique (UM6P) vient d’ouvrir sa plateforme www.prepadigitale.com aux élèves des classes prépas. Près de 400 cours, préparés en col­laboration avec le Lycée d’Excel­lence de Benguerir et l’Éducation nationale, y ont été mis en ligne. Plus de 9.000 élèves et enseignants ont déjà reçu les informations de connexion nécessaires.
A.Na

• Femmes violentées: Des asso­ciations se débrouillent face au confinement
Le centre d’écoute de l’Associa­tion démocratique des femmes du Maroc a été dédié exclusivement, depuis 4 ou 5 ans, aux femmes sou­laliyates. Leur droit à la terre est bafoué (par des us tribales) et sont ainsi victimes de violence écono­mique. Nous en accueillons entre 10 et 15 par jour avant le confine­ment. Vu l’état d’urgence sanitaire, les centres d’écoute et d’orientation ne peuvent plus rester ouverts. Les accompagnatrices sociales de l’as­sociation utilisent WhatsApp pour communiquer avec leurs correspon­dantes des 12 régions du Royaume. Chez d’autres associations, les accompagnatrices restent égale­ment joignables sur leur téléphone personnel. Ce dispositif permet d’assurer un minimum de soutien psychologique et juridique. «Mais cela reste insuffisant», témoignent des acteurs associatifs. La situation allait être moins critique si le minis­tère de la Famille avait mis en place des mesures d’urgence (Lire article).
F.F.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc