×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Casablanca/domaine public: La police administrative maintient la pression

    Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5652 Le 11/12/2019 | Partager
    Plusieurs descentes à El Oulfa et Hay Hassani
    Maârif, Anfa et Sidi Belyout dans le collimateur
    Bientôt la destruction des panneaux publicitaires
    police-administratives-052.jpg

    L’opération de récupération du domaine public bat son plein à Casablanca. Près de  130 personnes (dont caïds, moqaddems, agents de police, présidents d’arrondissement…) se sont mobilisées mardi 10 décembre à la préfecture Hay Hassani El Oulfa (Ph. Jarfi)

    La police administrative maintient la pression sur les tenanciers de cafés et restaurants à Casablanca. Depuis quelques semaines, les agents ont déclaré la guerre aux établissements qui occupent indûment le domaine public. Plusieurs brigades ont effectué, mardi 10 décembre, une descente à El Oulfa et Hay Hassani (boulevard Al Firdaous).

    Une opération dissuasive qui a mobilisé près de 130 personnes (dont caïds, moqaddems, agents de police, président d’arrondissement…). Objectif: libérer le domaine public en rasant toute construction non autorisée. Outre les cafés et restaurants, les magasins, épiceries, boutiques… sont aussi ciblés. Même les petits jardins et les espaces aménagés devant certains immeubles ont été démolis.

    Déterminés à démontrer le sérieux de cette opération, les agents de la police administrative sévissent même contre des notables (notamment les élus locaux…). En tout, plus de 200 cafés, restaurants ou magasins feront l’objet de cette campagne de démolition des terrasses non conformes dans les semaines à venir. Les agents de la police administrative se déplacent au fur et à mesure de l’accomplissement des procédures en vigueur.

    En effet, après avoir mené une campagne de sensibilisation, des avertissements ont été adressés aux contrevenants, en leur accordant un délai de 15 jours afin de régulariser leur situation. Le cas échéant, une commission se déplace au niveau des établissements concernés pour l’opération de démolition des équipements occupant le domaine public.

    casablanca-domaine-public-052.jpg

    Pour l’heure, les préfectures de Hay Hassani et El Oulfa sont les seules à avoir accompli toutes les formalités pour le démarrage de la campagne de démolition. Les autres devraient prendre exemple sur cette initiative afin de généraliser l’opération à l’ensemble du territoire de Casablanca. Au total, plus de 10.000 établissements seront visés dans les semaines et les mois à venir. Leurs dossiers sont en cours de traitement.

    Après Hay Hassani, ce sera au tour de Maârif, Anfa et Sidi Belyout où des descentes seront organisées à partir de la semaine prochaine. Avis donc aux contrevenants pour se conformer à la loi… D’ores et déjà, beaucoup de propriétaires s’activent pour régulariser leur situation.

    Les panneaux publicitaires sont également dans la ligne de mire. Une opération de contrôle des autorisations a démarré lundi 25 novembre. Au terme de ce recensement, les panneaux anarchiques ou non réglementaires seront démontés et retirés.

    A ce jour, plus de 17.000 PV ont été dressés par les 150  agents de la police administrative (qui auront un renfort de 100 agents en janvier prochain). Leur périmètre d’action s’étend à 3 périmètres: domaine public, urbanisme et hygiène.

    Aziza EL AFFAS

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc