×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    La Chambre allemande de commerce revoit sa stratégie

    Par Moulay Ahmed BELGHITI | Edition N°:5643 Le 28/11/2019 | Partager
    Elle dresse ses priorités sur le Maroc
    Formation professionnelle, industrie 4.0, compétitivité internationale… les services proposés
    mazen-sowan-043.jpg

    Mazen Sowan, président de l’AHK Maroc: «Nous voulons que la Chambre puisse être une plate-forme pour tous ceux qui souhaitent s'engager dans des relations économiques bilatérales» (Ph. AHK Maroc)

    Nouveau souffle à la Chambre allemande de commerce et d’industrie au Maroc. L’AHK s’est dotée d’un nouveau conseil directeur (1), d’un nouveau DG et d’une nouvelle vision stratégique. Mazen Sowan, président du conseil de direction présente les priorités de l’AHK pour l’avenir. 

    - L’Economiste: Vous avez défini une nouvelle stratégie pour l’AHK Maroc. Quelles en sont les principales orientations?
    - Mazen Sowan:
    Les priorités stratégiques pour l'avenir sont la formation professionnelle, l'automatisation / l'industrie 4.0, les questions de compétitivité internationale, et le secteur énergétique (énergies renouvelables/efficacité énergétique). Justement, nous mettons en œuvre une coopération avec la coopération allemande au développement dans le domaine de l'enseignement et de la formation professionnels. En collaboration avec la GIZ et l'initiative spéciale formation et emploi, les entreprises allemandes vont être soutenues dans leurs investissements au Maroc dans le domaine de la formation.
    En outre, nous sommes en train de développer de nouveaux services pour aider les entreprises marocaines à prendre pied sur le marché allemand (ndlr: avec le programme Fit for Germany).
    A l'avenir, les modalités pratiques des partenariats commerciaux marocain et allemand seront à l'ordre du jour plus qu'auparavant. L'AHK se concentrera davantage sur la manière dont les entreprises allemandes et les partenaires marocains peuvent développer des activités communes en Afrique.

    - Il faut dire qu’au niveau des échanges économiques entre les deux pays, l’Allemagne n’est que 5e…
    - Les exportations marocaines vers l’Allemagne ont augmenté de 100% à 1,22 milliard d'euros entre 2010 et 2018. Il s’agit principalement de textile, d’alimentation, d'électrotechnique, de produits chimiques et des matières premières. De quoi faire, comme vous dites, de l’Allemagne le 5e partenaire économique du Maroc après  l'Espagne, la France, la Chine et les Etats-Unis. En parallèle, le Maroc importe un peu plus de 2 milliards d’euros de marchandises d’Allemagne (ndlr: en augmentation de 48% entre 2010 et 2018). Ce sont principalement des véhicules à moteur et leurs pièces, des machines ainsi que des produits chimiques et de l'électrotechnique. L’Allemagne vient au 6e rang des fournisseurs du royaume.
    Nous constatons, ces dernières années, que les entreprises allemandes se sont de plus en plus impliquées au Maroc. Selon la Deutsche Bundesbank, les investissements directs allemands au Maroc se sont élevés à 849 millions d'euros en 2017, soit une augmentation de 377% par rapport à 2010. Le Maroc étant le troisième plus important lieu d'investissement de l'économie allemande sur le continent africain après l'Afrique du Sud et l'Egypte.

    - Comment jugez-vous l'évolution de la politique économique entre les deux pays?
    - D'un point de vue allemand, le Maroc et son rôle de pont entre l'Europe et l'Afrique reçoivent de plus en plus d'attention. Il n'y a pas d'autre partenaire sur le continent africain qui, comme le Maroc, combine autant d’avantages.
    L'orientation politique du gouvernement allemand et les initiatives politiques africaines axées sur le Maroc devraient renforcer le rôle de l'Allemagne dans le royaume. Sur cette base, le Maroc est de plus en plus recommandé comme plateforme du commerce, notamment avec l'Afrique du Nord et l’Afrique de l'Ouest francophone.
    De nombreuses entreprises allemandes telles que DHL et Allianz, mais aussi BASF, Bayer et Bosch reconnaissent ces opportunités et délocalisent leurs activités en Afrique à Casablanca. Après Johannesburg, la place de Casablanca est la deuxième plus importante bourse du continent et dispose de banques commerciales professionnelles avec des réseaux étendus jusqu'en Afrique de l'Est. Entre-temps, le port de Tanger Med a remplacé le port sud-africain de Durban en tant que plus grand port d'Afrique et sert de plateforme logistique pour le commerce dans la région Mena ainsi qu'avec l'Afrique subsaharienne. Dans ce contexte, un engagement au Maroc comme base pour aller en Afrique est très intéressant pour les entreprises allemandes.

    450 membres pour l'AHK

    Fondée en mars 1997, la Chambre allemande de commerce et d’industrie au Maroc appartient au réseau des Chambres de commerce allemandes à l'étranger (AHK) avec 140 Chambres et délégations représentées dans 92 pays. Elle compte aujourd’hui plus de 450 membres, parmi eux les plus grandes entreprises marocaines et allemandes.
    L’AHK Maroc accompagne les sociétés allemandes et marocaines dans la préparation et le déroulement de leurs affaires bilatérales. Elle facilite et accélère la prise de contact avec de futurs partenaires d’affaires et offre aux entreprises intéressées un éventail de services adaptés à leurs besoins.

    Propos recueillis par Moulay Ahmed BELGHITI

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc