×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Nord: Une présidente pour la région

    Par Ali ABJIOU | Edition N°:5624 Le 29/10/2019 | Partager
    fatima-el-hassani-024.jpg

    Fatima El Hassani, une ancienne journaliste est depuis le 28 octobre la nouvelle présidente de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma (Ph Adam)

    La région de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma vient de changer de président. Depuis ce lundi, c’est Fatima El Hassani qui prend les rênes du Conseil. Membre du PAM, celle qui occupait le poste de secrétaire générale du Conseil a été élue à la majorité absolue des présents après un accord entre les partis représentés.

    Face à elle se tenait Saïd Khairoun, chef de file du PJD au sein du conseil et celui sur lequel comptait le parti de la Lampe de conquérir la présidence de la région. Mais les tractations en amont de l’élection semblent avoir eu leur effet et le candidat pjdiste a retiré, au dernier moment, sa candidature pour ensuite voter en faveur de l’ancienne journaliste qui exerçait à la MAP.

    Toutefois, la bataille pour les postes de la vice-présidence risque d’être serrée, chaque parti voulant au moins un siège pour ses partisans. Les pronostics fusent mais il est presque sûr que le PJD, le RNI, le PPS et surtout le PAM seront parmi les premiers servis, ce qui préfigure déjà le panorama politique pour les élections de 2021.

    A noter que ces élections ont démarré avec la démission surprise d’Ilyas El Omari de la présidence du Conseil de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma le 28 septembre dernier. Depuis quelques mois, les rumeurs enflaient sur un éventuel départ de celui qui a été aussi secrétaire général du parti du Pam.

    Situation intenable selon certains proches, absence de moyens législatifs pour mener à bien les prérogatives que la régionalisation avancée accorde aux régions, les raisons du départ de ce «sulfureux» membre du parti du tracteur ont fusé depuis en l’absence de réaction de l’intéressé. Pour d’autres, c’est l’implosion de la majorité Istiqlal-RNI-UC et le manque d’appui de ses camarades d’armes pamistes qui ont accéléré son départ.

    Toutefois, l’ex secrétaire général du parti était présent au moment des élections et son vote en faveur de sa coéquipière au sein du parti du Tracteur ont permis d’assurer, dans une bonne ambiance, le respect de la procédure.

    De notre correspondant permanent, Ali ABJIOU

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc