×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Fès: Une nouvelle vie pour le Cotef

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5624 Le 29/10/2019 | Partager
    L’ex fleuron du textile devient une zone industrielle
    L’appel à manifestation d’intérêt lancé, forte demande pour les 20 premiers lots
    Le prix de location mensuelle est fixé à 5 DH/m2

    Tant attendu, «l’appel à projet pour la réalisation d’unités industrielles dans la zone Ex-Cotef» a été publié, hier 28 octobre 2019. Consultable sur le site du Centre régional d’investissement (CRI) de Fès-Meknès, le cahier des charges de la nouvelle zone industrielle (ZI) définit les modalités d’octroi des lots, leurs superficies, ainsi que les activités autorisées. A peine dévoilée, l’opération semble connaître un véritable engouement. Mais, attention aux ambitions spéculatives. Décryptage.

    ■ Une ZI pour les industries propres    
    Fermé depuis 13 ans, l’ancien Complexe du textile de Fès (Cotef) aura enfin une nouvelle vie. C’est ce qui ressort de l’appel à manifestation d’intérêt (AMI) communiqué, ce lundi, par le CRI. Celui-ci annonce que «des lots de terrains industriels sur le site COTEF sont mis à disposition au profit des opérateurs et investisseurs industriels». Soumis à un CPS, ces lots sont réservés aux industries non polluantes. Parmi les conditions d’attribution figurent également la création de nouvelle entreprise (pas de transfert), la possibilité d’extension en cas de création de nouveaux emplois, outre la proposition d’activités de production industrielle à forte valeur ajoutée et génératrices d’emplois. Côté environnement, seules les industries propres (de 2e et 3e catégorie) seront acceptées. «Ce qui pourrait priver la ZI d’abriter des industries d’assemblage de véhicules», déplore un opérateur. Peu importe, l’essentiel est que ce projet puisse enfin voir le jour. Pour aller vite, le délai de réalisation des unités industrielles ne doit pas dépasser 24 mois (pour l’achèvement des travaux et la mise en service).

    ■ Des lots industriels en location, une première
    Les investisseurs intéressés sont invités à télécharger le formulaire de la demande de location, le contrat de location type, ainsi que le plan des parcelles de la zone, à partir du site du CRI (http://fesmeknesinvest.ma/). Les candidatures doivent parvenir au siège du CRI à Fès, contre accusé de réception mentionnant la date de dépôt du dossier. Et ce, au plus tard le 27 novembre à 16h30. Notons que cette opération concerne, dans une première phase, une vingtaine de lots dont la superficie varie entre 1.615 et 2.690 m2. Autre bonne nouvelle, les opérateurs n’auront pas à investir (lourdement) dans le foncier puisque les lots sont proposés en location (Le prix de location est fixé à 5DH/m2/mois). Ce qui est considéré comme une première à Fès. Pour ceux qui voudraient acquérir le terrain industriel, une option d’achat sera possible après la réalisation intégrale du projet et l’obtention d’un quitus. Lequel sera délivré par une commission chargée du suivi des dossiers d’investissement.

    ■ Ce que contient le contrat de location
    Consultable également sur le site du CRI, le contrat de location des lots industriels de l’ex-Cotef est défini dans 29 articles. Liant la Délégation des Domaines d’Etat de Fès et les investisseurs potentiels, ce contrat précise la durée de la location en nombre d’années, la révision de la valeur locative chaque 3 ans (+10%), et le démarrage effective des travaux de construction des unités industrielles 6 mois après la signature du pacte. Passé ce délai, et en cas de non accomplissement des procédures liées à l’enregistrement du lot et le démarrage des travaux (pour des raisons valables), l’investisseur disposera d’une rallonge supplémentaire de 6 mois. Après quoi, la commission de suivi (wali, commune, CRI, Domaines…) lui retirera le terrain (article 10). En outre, l’investisseur doit s’engager à démarrer effectivement son activité industrielle dans un délai de 24 mois. Le nombre d’emplois promis à la signature doit être atteint dans 48 mois au maximum. En cas d’insolvabilité, le contrat de location est résilié et une majoration de 1% de la valeur locative annuelle est opérée pour chaque journée de retard. Aussi, les bâtiments construits par l’investisseur reviennent à l’Etat. Les autorités locales ont tout prévu pour couper court à la spéculation. Pour sa part, la délégation des Domaines de l’Etat devrait, à travers cette opération, assurer une recette de 60 à 70 millions de DH.

    ■ Plus de 3 ha pour la nouvelle usine de Cabliance
    Alors qu’elle allait investir dans l’acquisition d’une unité industrielle à Ras El Maa, la société Alstom Cabliance a finalement opté pour l’ex-Cotef. La filiale du câbleur français investira 40 millions de DH pour la mise en place d’une 2e unité industrielle dédiée à la fabrication et au montage des câbles et armoires électriques, à Fès. La première est située dans la ZI d’Aïn Chkef, dans une ancienne usine de textile. Pour sa nouvelle unité, la filiale marocaine d’Alstom veut doubler ses capacités sur Fès. Un projet vivement appuyé par Saïd Zniber, wali de la région, qui a encouragé les responsables de Cabliance à poursuivre leur extension dès leur première rencontre en février dernier. Et depuis, le projet a pris forme. Il atteste de l’intérêt d’Alstom pour la capitale spirituelle. Rappelons que la mairie lui a accordé une subvention sous forme d’une prime à l’emploi (6.000 DH pour chaque nouveau poste). Cette enveloppe est destinée à l’accompagnement de la filiale du groupe français pour la création de 330 emplois dans son projet d’extension situé au Cotef.

    De notre correspondant permanent, Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc