×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    IAM: La data mobile tire l’activité

    Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5619 Le 22/10/2019 | Partager
    Elle compense la baisse du CA international entrant
    Le parc global atteint près de 68 millions de clients
    Les perspectives 2019 maintenues
    iam_realisation_019.jpg

    L’opérateur historique capitalise sur l’essor de la data mobile et l’optimisation de ses coûts au Maroc comme à l’international. A fin septembre, Maroc Telecom a réalisé un chiffre d’affaires de 27,3 milliards de DH, en hausse de 0,6%

    Le groupe Maroc Telecom poursuit sa dynamique de croissance. Au terme des neuf premiers mois de l’année, l’opérateur a réalisé un chiffre d’affaires de 27,3 milliards de DH, en légère hausse de 0,6%.

    L’activité est portée essentiellement par la hausse des revenus de la data ainsi que l’amélioration des marges grâce à l’optimisation des coûts. «Ces résultats nous confortent dans la réalisation des objectifs annuels et confirment la rentabilité et la pertinence de notre modèle économique», explique Abdeslam Ahizoune, président du directoire de Maroc Telecom.

    La data mobile contribue à la croissance des revenus du groupe (+0,9%). S’y ajoutent les services Mobile Money, à l’international. A fin septembre 2019, les activités au Maroc ont généré un chiffre d’affaires de 16,3 milliards de DH, en hausse de 1,3%. L’essor de la data mobile a plus que compensé la baisse du chiffre d'affaires international entrant.

    La pression concurrentielle et réglementaire, notamment la baisse des terminaisons d’appels mobile au Mali et en Côte d’Ivoire, ainsi que la baisse des revenus entrants internationaux sous l’effet des OTTs (services par contournement), s’est traduit par un léger repli de l’activité (-0,7%).

    Le groupe enregistre un chiffre d’affaires de 11,99 milliards de DH sur les neuf premiers mois de l’année à l’international. Le parc global affiche à fin septembre une progression de 10,6% pour atteindre 67,6 millions de clients. L’élargissement du parc est principalement porté par une croissance de 15% du parc mobile international, suite à l’intégration du tchadien Tigo.

    Burkina Faso, Mali, Côte d’Ivoire, Togo...

    A compter du 1er juillet dernier, la nouvelle filiale a intégré le périmètre de consolidation des comptes du groupe. Au titre des paiements réalisés pour les licences, les neuf premiers mois de l’année ont été marqués par le décaissement de 1,83 milliard de DH au Burkina Faso, Mali, Côte d’Ivoire et Togo.

    Un an plus tôt, 528 millions de DH ont été déboursés. Ce qui correspond aux licences obtenues en Côte d’Ivoire, Gabon et Togo. Sur le marché local, le groupe vient de signer, fin août dernier, la sixième convention d’investissement avec le gouvernement pour le développement des infrastructures télécoms. IAM s’est engagé à réaliser sur les trois prochaines années (2019-2021) un ambitieux programme d’investissement de 10 milliards de DH.

    Le programme vise le renforcement des infrastructures et réseaux, le déploiement du haut, très haut débit mobile et fixe ainsi que la création d’emplois par milliers. L’objectif est de répondre à la croissance effrénée du trafic et déployer de nouvelles technologies pour l’accès au très haut débit.

    Selon une étude récente de la SFI (filiale de la Banque mondiale), «l’amélioration de l’accès au haut débit, en particulier le très haut débit fixe, est le principal défi que doit relever le Maroc dans sa quête d’une économie numérique axée sur l’innovation, d’une productivité accrue de la main d’œuvre et de sa progression dans les chaînes de valeur mondiales».

    Indicateurs financiers

    Les efforts d’optimisation des coûts ont contribué à la croissance de l’Ebitda consolidé (+4,9%). Grâce à une baisse des Opex (dépenses d'exploitation) et une amélioration du taux de marge brute, le résultat opérationnel avant amortissements (Ebitda) atteint 14,39 milliards de DH, en hausse de 6,9% (+4,9%). Le taux de marge d’Ebitda atteint 52,7%, soit 1,9 point de plus. Les flux nets de trésorerie opérationnels ajustés s’élèvent à 9,1 milliards de DH, en hausse de 23,4%, grâce à la fois à la hausse de l’Ebitda et à l’optimisation des investissements. Hors fréquences et licences, les investissements sont en baisse de 21,4% et représentent environ 15% du chiffre d’affaires. Au terme des neuf premiers mois de l’année, le résultat net ajusté part du groupe affiche une hausse de 1,3%. La performance s’explique principalement par l’amélioration des activités au Maroc. En lien avec la hausse de l’Ebitda, le résultat opérationnel (Ebita) ajusté du groupe a progressé de 6,2% par rapport à la même période en 2018 pour atteindre 8,98 milliards de DH. Cette augmentation découle principalement de la hausse de l’Ebitda. La marge d’exploitation ajustée s’améliore, quant à elle, de 1,7 point pour atteindre 32,9%.

    M.Ko.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc