×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Sebta: Le projet espagnol de frontière intelligente prend l’eau

    Par Ali ABJIOU | Edition N°:5617 Le 18/10/2019 | Partager
    L’Union européenne serre la vis en matière des systèmes de reconnaissance faciale
    sebta-frontiere-017.jpg

    Les Espagnols devront encore attendre pour voir, ou pas, un jour leur projet de frontière intelligente éclore (Ph. L’Economiste)

    Les autorités espagnoles ne savent pas comment s’y prendre à Sebta. L’un des projets que l’Espagne veut mettre en place à la frontière ne semble pas faire l’unanimité au niveau européen. Il s’agit d’un système de frontière intelligente doté de caméras pour le contrôle des passants avec comme point principal la reconnaissance faciale.

    Le projet a été annoncé depuis plusieurs années et son but ultime est d’identifier de manière précise les passants, surtout les commerçants frontaliers et les porteurs de colis qui font le gros du trafic quotidien de la frontière avant de l’élargir à l’ensemble des passants. Il s’agit, en dernier ressort, de déterminer si tous ceux qui ont traversé la frontière ont regagné le Maroc le soir.

    En effet, entre autres craintes espagnoles, est que l’un des commerçants (qui ont une procédure de passage de la frontière plus souple) ne regagne pas le Maroc et préfère passer la nuit à Sebta, ou pire, regagner l’Espagne péninsulaire. De la sorte, l’un des derniers pores de la frontière serait colmaté et le risque sécuritaire limité.

    Selon la presse espagnole, le projet inquiéterait vivement au niveau des instances européennes qui sont en train de rendre plus sévères encore les législations de l’Union sur le sujet. Côté marocain, c’est silence radio, ce projet, comme tout ce qui touche à la frontière de Sebta, n’est pas sujet à débat ni de communication, même si les données personnelles de milliers de marocaines et de marocains sont en jeu.

    A noter que malgré tout, les embouteillages continuent d’envenimer le quotidien des usagers de cette frontière. Cet été, rappelons-le, les délais d’attente ont été rallongés, surtout lors des derniers jours de l’opération Marhaba. Et contre toute attente, le blocage était du côté espagnol qui n’avait pas aménagé suffisamment de couloirs pour véhicules, deux seulement, alors que côté marocain il y en avait six.

    Les plus grands perdants sont les commerçants espagnols installés à Sebta qui, pendant de longues années, ont profité d’une manne de touristes marocains à la recherche de shopping. Cette manne est en train de tarir vu les conditions de passage de la frontière et des délais qui atteignent jusqu’à six heures dans des conditions à la limite de l’humain. 

    De notre correspondant permanent, Ali ABJIOU

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc