×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Insolites

    Un Monde Fou

    Par L'Economiste | Edition N°:5612 Le 11/10/2019 | Partager

    ■ Ils font boire de la bière à un alligator!

    cari_insolite_012.jpg

    Deux hommes ont récemment été arrêtés en Floride après avoir voulu faire boire de la bière à un alligator, que l’un d’eux avait attrapé à mains nues. Le média local TC Palm, après avoir consulté un rapport de l’agence floridienne de protection de la faune, est le premier à avoir rapporté lundi ce fait divers qui ne manque pas de mordant. La soirée était déjà bien avancée, le 26 août dernier, dans la ville de Palm City, au nord de Palm Beach, lorsque Noah Osborne, 22 ans, s’est saisi à mains nues d’un alligator. Son ami Timothy Kepke, 27 ans, a ensuite poussé l’animal à lui mordre le bras, avant de lui verser de la bière dans la gueule. Selon une vidéo de l’incident mentionnée dans le rapport de l’agence environnementale, l’alligator a alors agressivement réagi. Les deux hommes ont été arrêtés jeudi dernier par la police du comté de Martin avant d’être relâchés sous caution. .

    ■ Une thérapie qui transfère les matières fécales

    Lorsque son médecin lui a proposé de lui injecter des excréments pour soigner une grave infection du côlon, Ghislaine Grenet a vite vaincu sa répugnance. Le «transfert de matières fécales» (TMF) thérapie insolite, objet de toutes les attentions de la recherche médicale, lui a sauvé la vie. «Au début ça perturbe, parce qu’on se dit que c’est quand même des excréments qu’on nous injecte. Mais on est tellement mal qu’il faut faire quelque chose», confie cette femme de 56 ans, qui souffre depuis plusieurs mois d’une infection récidivante à Clostridium difficile, une bactérie responsable de l’inflammation du gros intestin. La faute aux antibiotiques utilisés pour soigner d’autres maladies qui peuvent provoquer une altération du microbiote intestinal en tuant les «bonnes» bactéries tout en laissant proliférer cette «mauvaise» bactérie. Les principaux symptômes développés par les malades sont une diarrhée importante, des douleurs au ventre et parfois de la fièvre. Un calvaire au quotidien. Le matin même, un donneur en parfaite santé - sans problèmes digestifs, ni antécédents familiaux et rigoureusement sélectionné après un bilan biologique complet - est venu déposer ses selles au laboratoire de la pharmacie de l’hôpital. Ces excréments sont ensuite mixés à du chlorure de sodium et conditionnés dans des poches ou seringues. Avant d’être administré par lavement, coloscopie ou via une sonde naso-jéjunale (allant du nez à l’intestin).
    Objectif: rééquilibrer le microbiote intestinal du receveur qui va se modifier et ressembler à celui du donneur grâce à cette solution.

     

     

     

     

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc