×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Les atouts du modèle malaisien

    Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5607 Le 04/10/2019 | Partager
    Un système économique articulé autour des ressources naturelles et les exportations
    Une approche axée sur l’éradication de la pauvreté
    La classe moyenne, grand perdant
    modele-malaisiencertains-007.jpg

    Pour le chercheur malaisien Alizan Mahadi, «dans un contexte de plus en plus interconnecté et complexe, ce sont les réponses stratégiques qui devront déterminer le succès d’un pays dans le futur». D’où l’importance pour les Etats de revoir leurs formes de gouvernance (Ph. Privé)

    C’est au début des années 70 que la Malaisie a commencé à se positionner sur l’échiquier international en tant que puissance montante. A ce moment, elle a réussi à intégrer le cercle des Tigres asiatiques. Sa recette s’est basée sur ses ressources naturelles, une forte augmentation de ses exportations.

    Aujourd’hui, ce pays franchit un nouveau palier. «C’est une nouvelle Malaisie», a souligné Alizan Mahadi, membre du programme Technology, Innovation and Sustainability, à l’Institut des études stratégique, en Malaisie. Intervenant lors d’une conférence organisée par l’Académie du Royaume, dans le cadre du cycle «L’Asie comme horizon de pensée», il a mis en avant les atouts ayant permis à ce pays d’enregistrer une croissance soutenue durant les dernières décennies.

    Lors de cette rencontre, il a tracé les contours des caractéristiques du modèle de développement de la Malaisie. Il s’agit d’un pays doté d’une «petite économie, mais ouverte, avec un focus sur les exportations». L’approche adoptée par les autorités de ce pays asiatique a été axée sur l’éradication de la pauvreté. Son économie est articulée autour des ressources naturelles, sa diversité culturelle et religieuse, son ouverture et sa position géographique.

    Par exemple, la découverte de gisement de gaz, de pétrole ainsi que de certains métaux ont permis de disposer de nouvelles ressources, favorisant la réussite du plan de baisse du taux de pauvreté et d’augmentation des revenus. Ces nouvelles ressources ont également permis la mise en place d’une industrie lourde.

    L’une des principales caractéristiques de cette politique industrielle est sa capacité à drainer des investissements directs étrangers. Son positionnement géostratégique «a joué un rôle décisif dans le renforcement des exportations et des échanges commerciaux».

    Pour Mahadi, la diversification de l’économie malaisienne nécessite encore quelques ajustements, dans la mesure où le secteur des services reste encore prédominant. Il a également mis l’accent sur certains dysfonctionnements de ce modèle.

    Par exemple, le système économique et social de la Malaisie n’a pas pris en compte les besoins de protection et de consolidation de la classe moyenne. D’où la nécessité, selon lui, d’assurer une meilleure redistribution des richesses et une amélioration du taux de croissance du PIB.

    Globalement, «dans un contexte de plus en plus interconnecté et complexe, ce sont les réponses stratégiques qui devront déterminer le succès d’un pays dans le futur». D’où l’importance pour les Etats «d’adopter des formes de gouvernance adaptables», a-t-il dit.

    M.A.M.  

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc