×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Balance commerciale: L’import se recentre sur l’investissement

    Par Abdelaziz GHOUIBI | Edition N°:5510 Le 07/05/2019 | Partager
    Les intrants et biens d’équipement se taillent près de la moitié des achats
    Sept secteurs enregistrent des hausses remarquables à l’export
    balance_commerciale_010.jpg

    L’import des demi-produits utilisés dans diverses industries de transformation a enregistré une hausse de 7,4%. Celui des biens d’équipement s’est stabilisé à 31,3 milliards de DH. A eux seuls, ces deux groupes de produits représentent près de 48% dans le total des importations

    Changement dans la structure de la balance commerciale. A fin mars dernier, produits bruts, demi-produits et biens d’équipement  affichent un dynamisme remarqué à l’import. Signe de consolidation de l’investissement. Surtout dans le secteur du BTP.

    Fils, barres, profilés en fer et en acier et bois brut ont enregistré de fortes hausses à l’import. A tel point que la part de ces biens et produits représentent près de 48% dans le total des achats réalisés sur le premier trimestre. Un autre intrant utilisé par l’industrie des phosphates, le souffre brut a également enregistré un bond de 41%.

    Ce qui explique d’ailleurs le bon comportement des expéditions de l’OCP en produits à forte valeur ajoutée. Ces derniers se taillent désormais 85% des exportations du groupe. Au total, les ventes de phosphates et dérivés se sont établies à 11,56 milliards de DH, en forte hausse de 20,5%. C’est probablement l’effet volume, notamment des engrais et de la roche dans la mesure où les cours de ces produits ont accusé un recul à fin mars 2019 par rapport au mois précédent.

    Selon la Banque mondiale, les prix du phosphate brut se sont établis à 98,5 dollars la tonne en mars dernier contre 102,5 dollars la tonne en février, soit une baisse de 3,9% sur un mois. Ceux des engrais phosphatés se sont situés à 335 dollars la tonne sur la même période, en baisse de 6,3%.

    De son côté, le secteur de l’industrie automobile maintient le cap. Mais la dynamique résulte essentiellement de la progression des ventes du câblage (8,35 milliards de DH contre 8 milliards, un an auparavant. En revanche, les ventes de la construction automobile et celles d’intérieur véhicules et sièges baissent respectivement de 1,5% et 3,3%. Ainsi la part de ce secteur dans le total des exportations s’élève à 27,5% contre 28,2%.

    balance_commerciale_2_010.jpg

    Depuis 5 années, les ventes de la roche sont en baisse tendancielle. Désormais, elles représentent moins de 20% du chiffre d’affaires à l’export du groupe OCP 

    A noter que l’écosystème construction représente la part la plus importante du secteur automobile: 46,8% à fin mars 2019 en baisse de 1,5 point par rapport au premier trimestre 2018.

    Sur le 1er trimestre la balance commerciale des biens se distingue par un allégement du déficit commercial: 46,94 milliards de DH  contre 48 milliards à fin mars 2018. Cette évolution est due à la hausse plus importante des exportations par rapport aux importations: 1,5%.

    D’où le gain de 1,6 point du taux de couverture. Et comme signalé, la hausse des achats est surtout imputable aux produits bruts, demi-produits et biens d’équipement. Ce qu’il faut apprécier de manière positive puisqu’ils répondent aux besoins d’investissement.

    Pour ce qui est des autres importations, la tendance est à la stagnation, voire au repli. La facture énergétique s’est repliée de 1% à 18,22 milliards de DH. Sa part dans le total des importations se situe à 15% (dont 7,6% des achats de gas-oils et fuel-oils) contre 15,4% un an auparavant.

    En effet, les approvisionnements en gaz de pétrole et autres hydrocarbures s’établissent à 3,3 milliards de DH contre 3,5 milliards il y a un an. Cette évolution est due à la baisse à la fois des quantités de 5,9% et des prix (3.907 DH la tonne contre  4.002 DH à fin mars 2018.

    Excédent de la balance des services

    A fin mars dernier, l’excédent de la balance des services s’est consolidé de 3,6% à 18,4 milliards de DH au lieu de 17,7 milliards à la même période de 2018. Ceci résulte du recul de 10,2% des importations alors que les ventes ont régressé selon un rythme moindre: 4,3% pour s’établir à 40,1 milliards de DH.
    En ce qui concerne les recettes voyages, elles atteignent 16,2 milliards de DH, soit une légère hausse de 0,2%. En revanche, les dépenses ont flambé de 12,2% à 4,3 milliards de DH. 

    Chiffres clés

    Sur le premier trimestre 2019, les exportations s’établissent à 74,24 milliards de DH en hausse de 4,1%. Cette augmentation résulte de l’accroissement des ventes de la majorité des secteurs.

    • Phosphates et dérivés: 20,5%.  
    • Agriculture et agro-alimentaire: 3,2%.  
    • Automobile: 1,6%
    • Aéronautique: 4,6%  
    • Textile et cuir: 1,7%
    • Electronique: 6,5%
    • Industrie pharmaceutique: 2,9%.

    A. G.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc