×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Snep: L’effet antidumping dope la croissance

    Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5508 Le 03/05/2019 | Partager
    Un chiffre d’affaires de 935,5 millions de DH
    Poursuite du plan d’augmentation des capacités de production
    snep_ca_008.jpg

    La Snep confirme ses performances opérationnelles, dans un contexte sectoriel marqué par une progression positive des chantiers d’infrastructure et des activités minières

    Les dirigeants de la Société nationale d’électrolyse et de pétrochimie (SNEP) se frottent les mains. Profitant d’une progression positive des chantiers d’infrastructure et des activités minières, l’unique producteur de chlore liquéfié, ou de résine PVC au Maroc confirme en 2018 ses performances opérationnelles sur l'activité vinylique.

    La filiale d’Ynna Holding y affiche un chiffre d’affaires de 585,1 millions de DH, en hausse de 2,8%. L’activité électrolyse, segment sur lequel l’entreprise a réalisé un chiffre d’affaires de 346,3 millions de DH, s’est appréciée de 13,8%. La dynamique a eu pour effet de générer une croissance de 6,8% des ventes, qui s’établissent à 935,5 millions de DH.

    «L’évolution favorable de la réglementation relative aux mesures antidumping sur les importations du PVC conjuguée au dynamisme du secteur en 2018 nous conforte dans le déploiement de notre stratégie de développement», explique Rachid Mohammadi, DG du principal producteur de produits issus de l’électrolyse au Maroc, lors de la présentation des résultats.

    Le groupe revendique 65% de part de marché sur les produits d’électrolyse (chlore, eau de javel, soude, acide chlorhydrique) devant les importations qui accaparent 21% ou encore les producteurs locaux (14%). La part de marché sur les produits vinyliques s’élève à 50%, à part égale avec l’import.

    En 2018, la Snep a poursuivi l’exécution de son plan de développement initié en 2017, avec l’installation de plusieurs composantes de son outil de production pour une mise en service prévue en 2020. Le plan, qui dispose d’une enveloppe globale de 430 millions de DH, devrait permettre d’atteindre une capacité annuelle de production de 90.000 tonnes et 120.000 tonnes de PVC respectivement en 2020 et 2022, contre 70.000 tonnes en 2018.

    «L’augmentation des capacités de production des trois principaux domaines d’activité (résine PVC, soude caustique & compound PVC) vise à améliorer la part de marché et développer l’export dont la contribution au chiffre d’affaires devrait atteindre 20% à l’horizon 2024», explique le DG Rachid Mohammadi.

    Ce volet figure aux côtés de quatre autres axes stratégiques de son plan 2017-2022 dont la mise à niveau des équipements en vue de l’amélioration de la productivité, le développement de compound PVC à plus haute valeur ajoutée, avec des débouchés, notamment dans l’aéronautique, en vue du renforcement de la rentabilité ou encore la substitution progressive du fioul par les énergies vertes (l’éolienne) en vue de l’optimisation des coûts. Depuis la privatisation, les investissements du groupe s’élèvent à 1,4 milliard de DH.

    Sur le plan de la réglementation, la fin de l’année 2018 a été marquée par la décision de recevabilité par le ministère de tutelle de la requête de réexamen des droits antidumping en vigueur sur les importations de PVC en provenance des Etats-Unis, avec consignation des droits antidumping en vigueur durant la période de l’enquête.

    M.Ko.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc